Corée du Nord : l’absence prolongée de Kim Jong-un alimente les spéculations sur son état de santé

En Corée du Sud, le 21 avril. 
Certains spécialistes avancent que le dictateur nord-coréen est « pratiquement mort », tandis
que les autorités de Corée du Sud restent prudentes, estimant même que « le leader pourrait être en tournée régionale ».
Le silence qui entoure l’état de santé du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, alimente les rumeurs les plus diverses et des théories plus ou moins sérieuses. Dernière information en date, celle de 38 North. Samedi 25 avril, le très sérieux centre d’analyses américain a annoncé la présence à Wonsan du train spécial du dirigeant. « Il n’était pas là le 15 avril mais l’était les 21 et 23 avril », écrit le centre sur son site en s’appuyant sur des photos satellite. Ville portuaire de l’est de la Corée du Nord, connue pour ses activités touristiques, Wonsan abrite un complexe résidentiel pouvant accueillir Kim Jong-un.
« La présence du train ne prouve pas où se trouve le dirigeant nord-coréen et n’indique rien sur sa santé, mais elle donne du poids aux affirmations selon lesquelles il séjourne dans une zone réservée à l’élite sur la côte est du pays. »
Photo satellite de Wonsam fournie par Planet Labs et annotée par 38 North.  
© Fournis par Le Monde Photo satellite de Wonsam fournie par Planet Labs et annotée par 38 North.
Le même jour, l’agence Reuters indiquait, citant trois sources, qu’une équipe médicale chinoise était partie jeudi 23 avril pour Pyongyang, la capitale. La délégation serait menée par un représentant du département de liaison internationale du Parti communiste chinois (PCC), principal organe de liaison avec la Corée du Nord.

« Disparition »

Ces éléments s’ajoutent à ceux qui s’accumulent depuis la « disparition » de Kim Jong-un : sa dernière intervention publique remonte au 11 avril. Il n’a pas participé au traditionnel hommage rendu pour l’anniversaire, le 15 avril, de son grand-père Kim Il-sung (1912-1994), ni aux cérémonies du 25 avril célébrant la création de l’armée du peuple.
Le quotidien nord-coréen Rodong Sinmun a annoncé, dans son édition du 26 avril, qu’il avait adressé un message de félicitations aux travailleurs de Samjiyong (Nord-Est, où a été inaugurée, en 2019, une ville nouvelle). L’agence officielle nord-coréenne KCNA relate des activités, notamment l’envoi, le 22 avril, d’un message au président syrien, Bachar Al-Assad. Mais aucune photo n’a été publiée, d’où les spéculations plus ou moins étayées sur ses absences, attribuées à sa santé, réputée fragile en raison de son embonpoint et de son tabagisme.
Le 20 avril, la chaîne américaine CNN affirmait que Washington « étudiait des informations » selon lesquelles M. Kim « pourrait être en danger grave après une intervention chirurgicale ». Des affirmations par la suite jugées « incorrectes » par le président américain, Donald Trump.
Auparavant, le site spécialisé Daily NK, basé à Séoul, expliquait, en citant une source en Corée du Nord, que le dirigeant de 36 ans avait subi, le 12 avril, une intervention au cœur dans un hôpital du comté de Hyangsan, au nord de Pyongyang.

Les autorités sud-coréennes prudentes

En Corée du Sud, les autorités restent prudentes et estiment même que « le leader pourrait être en tournée régionale ». Selon une source locale citée par l’agence Reuters, Kim Jong-un est vivant et effectuera bientôt une apparition publique.
Mais le politicien et analyste Chang Seong-min a indiqué, le 23 avril, au quotidien conservateur Chosun Ilbo que, selon l’une de ses sources au sein du Parti communiste chinois (PCC), Kim Jong-un était « pratiquement mort ». Membre en 1998 et 1999 de l’administration du président progressiste Kim Dae-jung (1998-2003), M. Chang est également connu pour avoir déjà véhiculé de fausses informations.
À Hongkong, la télévision par satellite HKS a annoncé la mort du dirigeant, après avoir indiqué que la Chine avait envoyé des médecins en Corée du Nord, sans préciser ses sources. Sa directrice adjointe, Qin Feng, rappelle que Pyongyang avait mis quelque temps avant d’annoncer officiellement la mort de son père, Kim Jong-il, en 2011.

Invérifiable

Au Japon, dans l’hebdomadaire Shukan Gendai, le journaliste Daisuke Kondo affirme qu’un des membres de l’équipe chinoise envoyée en Corée du Nord lui a tout dit de l’intervention du cœur subie par Kim Jong-un. Le médecin chargé de lui poser un stent aurait pris trop de temps pour terminer l’opération. Un retard qui aurait plongé Kim Jong-un dans un état végétatif.
Tout cela reste invérifiable, tant les informations de Corée du Nord restent parcellaires. Et des rumeurs similaires ont circulé en janvier, rappelle le site spécialisé NK News. Des allégations non vérifiées du 11 février et des vidéos du 14 février indiquaient que Kim Jong-un avait subi une opération du cœur en Chine début janvier. Ratée, l’intervention l’aurait empêché de se rendre à Wonsan pour fêter son anniversaire, le 8 janvier.
Par la suite, deux « cardiologues de renommée mondiale » auraient été sollicités en France. Les deux médecins auraient voyagé en jet privé et atterri à Pyongyang, le 10 février. Ils auraient soigné Kim Jong-un à la clinique Ponghwa du quartier de Pothonggang. A l’époque, NK News n’avait pas été en mesure de corroborer les informations. Le site n’avait trouvé aucune preuve de l’arrivée, le 10 février, d’un jet privé à l’aéroport Sunan de Pyongyang.
Philippe Mesmer
Par Le Monde.fr