Covid-19 : le plus gros avion du monde se pose près de Paris avec huit millions de masques

L’Antonov An-225 Mriya s’est posé ce dimanche à l’aéroport de Paris-Vatry (Marne) avec à son bord quelque huit millions de masques médicaux commandés par une société privée française.

Un énorme transporteur. Le plus gros avion-cargo du monde, l'Antonov An-225 Mriya, s'est posé dimanche à l'aéroport de Paris-Vatry (Marne) avec à son bord quelque huit millions de masques médicaux destinés à la lutte contre l'épidémie de Covid-19, a constaté un photographe de l'AFP.

Cet avion, en provenance de Tianjin (Chine), s'est posé aux alentours de 11 heures avec à son bord « 150 tonnes de fret (masques, gants, charlottes, blouses…) », a affirmé à l'AFP un porte-parole de l'aéroport. Ce vol n'entre pas dans le cadre du « pont aérien » lancé entre la Chine et la France pour faire face à l'épidémie de Covid-19, a précisé ce porte-parole.

Des millions de masques arrivent chaque jour

« Il ne s'agit pas d'une commande du gouvernement, c'est une demande d'une société privée française », a-t-il indiqué, sans donner le nom de cette entreprise. Selon un communiqué de l'aéroport, cet avion s'est posé pour la dernière fois à Vatry en 2014. Son « petit frère », l'Antonov-124, est attendu dimanche après-midi à Vatry avec à son bord quelque 10 millions de masques.

Depuis le 30 mars et l'arrivée d'un avion-cargo transportant 8,5 millions de masques médicaux, entre un et trois avions de fret se posent chaque jour sur le tarmac de cet aéroport pour divers clients (Etat français, collectivités territoriales ou entreprises privées), a précisé l'aéroport dans son communiqué. Ces vols proviennent intégralement de Chine. Ainsi, dimanche soir, « l'aéroport aura traité l'arrivée de près de 150 millions de masques ».
Par ailleurs, tôt ce dimanche matin, un autre avion de ce type s'est posé à l'aéroport de Nantes, avec à son bord 11 millions de masques. Pour répondre aux besoins, la France a commandé près de deux milliards de masques à la Chine, selon le ministre de la Santé Olivier Véran.
Par Parisien.fr,  S. Co. avec AFP