Crise.Aux États-Unis, “le coronavirus est partout, et la faim aussi”

Alors que des millions de personnes ont perdu leur emploi en quelques semaines aux États-Unis,
la demande d’aide alimentaire connaît une hausse vertigineuse dans l’ensemble du pays, rapporte le New York Times. Les organisations caritatives, qui n’ont jamais été destinées à gérer une crise nationale, sont débordées.
À Omaha (Nebraska), une banque alimentaire, qui d’ordinaire ne sert qu’une centaine de personnes, en a vu défiler 900 en une seule journée. À Jonesboro, dans l’Arkansas, au lendemain du passage d’une violente tornade, une banque alimentaire a reçu moins de la moitié des dons qu’elle espérait, parce que les familles, inquiètes, ont préféré conserver leurs réserves.
Et dans l’État de Washington et en Louisiane, la garde nationale a été appelée en renfort pour emballer les cartons de nourriture et veiller à ce que les distributions se déroulent sans heurts. La tension est de plus en plus palpable lors de la distribution de cartons remplis de boîtes de soupe de nouilles au poulet, de thon, et de porc aux haricots, mais les gardes nationaux en uniforme permettent de “calmer la situation”, explique Mike Manning, directeur de la Greater Baton Rouge Food Bank [en Louisiane]. “Leur présence garantit notre sécurité pendant les distributions.”

“C’est complètement dingue”

Manning, qui travaille dans cette banque alimentaire depuis seize ans et a vécu l’ouragan Katrina, dit que jamais la demande ne s’est à ce point accompagnée d’une pareille pénurie et d’une telle angoisse. “En résumé, on peut dire que c’est complètement dingue”, commente-t-il.
Feeding America, le plus grand réseau de banques alimentaires du pays, qui compte 200 filiales, prévoit qu’il va lui manquer 1,4 milliard de dollars ne serait-ce que pour les six prochains mois. La semaine dernière, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a annoncé qu’il allait verser 100 millions de dollars au groupe – le don personnel le plus important de l’histoire du réseau, mais qui ne couvre pourtant qu’un dixième de ses besoins.
En Amérique, le coronavirus est partout, et la faim aussi.
La semaine dernière, un drone a filmé une file de véhicules qui s’étirait sur plusieurs kilomètres, le long d’une boucle de la Monongahela. Ces gens faisaient la queue pour obtenir de quoi manger auprès de la Greater Pittsburgh Community Food Bank. Depuis, les images ont été vues plus d’un million de fois. Beth Burrell, porte-parole de l’organisation, affirme que près de 800 voitures ont été servies ce jour-là. Cette semaine, une nouvelle distribution a attiré encore plus de gens.
Tini Mason, âgé de 44 ans, était à bord de l’une de ces voitures, et c’était la toute première fois qu’il se rendait à une
[...]
Nicholas Kulish