Le coronavirus va revenir chaque année, selon des scientifiques chinois

Des scientifiques chinois affirment que le nouveau coronavirus ne sera pas éradiqué, et qu'il reviendra
probablement chaque année comme la grippe, par vagues.
Pour ces scientifiques, il est peu probable que le virus disparaisse comme son cousin proche, le SRAS, il y a 17 ans, car il infecte certaines personnes sans provoquer de symptômes évidents comme la fièvre, rapporte le site Bloomberg.

Sur le même sujetEtats-UnisCoronavirus : Donald Trump avait été alerté du danger par les services de renseignements dès janvier
Ce groupe de soi-disant porteurs asymptomatiques rend difficile la maîtrise totale de la transmission, car ces derniers peuvent propager le virus sans être détectés, a déclaré lundi à Pékin un groupe de chercheurs chinois en médecine virale et médicale.
Avec le SRAS, les personnes infectées sont tombées gravement malades. Une fois qu'elles ont été mises en quarantaine, le virus a cessé de se propager. En revanche, la Chine continue de trouver, chaque jour, des dizaines de cas asymptomatiques de coronavirus malgré la maîtrise de son épidémie.

LE COVID-19, UNE MALADIE SAISONNIÈRE ?

«Il s'agit très probablement d'une épidémie qui coexiste avec les humains depuis longtemps, devient saisonnière et se maintient dans le corps humain», a déclaré Jin Qi, directeur de l'Institut de biologie des agents pathogènes du principal institut de recherche médical chinois.
Un consensus se forme parmi les meilleurs chercheurs et gouvernements du monde entier, selon lequel il est peu probable que le virus soit éliminé, malgré des blocages coûteux qui ont mis une grande partie de l'économie mondiale à l'arrêt. Certains experts en santé publique demandent que le virus soit autorisé à se propager de manière contrôlée à travers des populations plus jeunes comme l'Inde, tandis que des pays comme la Suède ont choisi de ne pas appliquer de restrictions strictes.

Le virus sensible à la chaleur ?

Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré le mois dernier que le Covid-19 pourrait devenir une maladie saisonnière.

Il a cité comme preuve des cas qui apparaissent maintenant dans les pays de l'hémisphère sud, alors qu'ils entrent dans leur saison hivernale. Plus de 3 millions de personnes ont été malades et plus de 210.000 tuées dans la pandémie. Alors que certains, dont le président américain Donald Trump, ont exprimé l'espoir que la propagation du virus ralentirait à mesure que la température dans les pays de l'hémisphère Nord augmenterait en été, les experts chinois ont déclaré lundi qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve à cela.
«Le virus est sensible à la chaleur, mais à partir du moment où il est exposé à 56 degrés Celsius pendant 30 minutes, et le temps ne va jamais devenir aussi chaud», a déclaré Wang Guiqiang, chef du département des maladies infectieuses du premier hôpital de l'Université de Pékin. «Ainsi, à l'échelle mondiale, même pendant l'été, les chances de voir les cas baisser de manière significative sont faibles.»
Par CNEWS