Le plus long animal du monde découvert dans un canyon sous-marin

Une guirlande de 45 mètres de long cachée au fond de l’océan. Au mois de mars, une équipe d’océanologues californiens a pu observer un siphonophore géant, de la famille des méduses, au large des côtes australiennes. Et il s’agirait du plus long animal du monde. Une découverte exceptionnelle.
Les profondeurs recèlent toujours autant de secrets. Le 16 mars 2020, au cours d’une expédition nommée Ningaloo Canyons, des chercheurs américains ont fait une étrange découverte au large des côtes australiennes : un siphonophore de 45 mètres de long, organisme marin cousin des méduses. Vraisemblablement le plus grand animal du monde.
Retour au large des côtes australiennes. Le Schmidt Ocean Institute, un institut océanographique californien, a prévu d’explorer les fonds marins jusqu’à 4 500 mètres sous la surface. Le but ? Découvrir de nouveaux organismes vivant dans ces abysses et comprendre le fonctionnement de ce milieu aussi inconnu qu’inhospitalier.
Les images prises par un sous-marin téléguidé
Mais, arrivé à 600 mètres de profondeur, le sous-marin téléguidé SuBastian interrompt sa descente. Il vient de tomber sur une étrange guirlande transparente. L’image prise par le robot est digne d’un film de science-fiction. Sur un fond bleu marine, se détache une sorte d’interminable corde blanchâtre, presque translucide.
Non, il ne s’agit pas de plastique. Mais bien d’un être vivant. Ce long filament blanc et gélatineux, enroulé sur lui-même est un Apolemia, un animal invertébré de la famille siphonophores, cousins des méduses, selon le Schmidt Ocean Institute. L’animal, qui mesure environ 45 mètres de long, serait le plus grand jamais observé dans le monde.
Le siphonophore Apolemia aussi large qu’un terrain de football
Seulement, les siphonophores ont une particularité assez intéressante. Ils sont en réalité une colonie, formée de nombreux spécimens de petite taille, qui se regroupent pour ne former qu’un seul et immense corps. Et dans cet assemblage, dont les scientifiques ne connaissent pas encore tous les rouages, chaque individu a un rôle précis. Certains servent à se nourrir. D’autres à la reproduction. D’autres encore au déplacement, selon le centre océanologique américain.
Prochainement, une nouvelle mission devrait être menée par le Schmidt Ocean Institute afin de mesurer plus précisément l’étrange colonie. Elle pourrait ainsi s’avérer plus longue que les 45 mètres estimés à partir des images capturées par le sous-marin. Sachant que cette taille est déjà deux fois plus grande qu’une baleine bleue. Et que cela équivaut à la largeur d’un terrain de football. Rien que ça.
Une trentaine de nouvelles espèces découvertes
L’expédition a également permis de découvrir de nombreux autres organismes sous-marins inconnus. « Jusqu’à 30 nouvelles espèces sous-marines ont été découvertes par des chercheurs du Musée d’Australie occidentale à bord du navire de recherche Falkor », précise le centre océanologique californien. Preuve qu’il reste encore beaucoup à découvrir dans les profondeurs de l’océan.
Par Sacha MARTINEZ