Les États-Unis dénoncent la « xénophobie » de la Chine à l’égard des Africains

La Maison-Blanche, à Washington, en avril 2018. Photo d'illustration.
Les États-Unis ont vivement dénoncé samedi la « xénophobie des autorités chinoises à l’égard des
Africains », victimes de discriminations dans la ville de Canton après plusieurs cas positifs au Covid-19 dans la communauté nigériane.
La découverte de ces cas a créé la suspicion contre la communauté africaine de la grande métropole du sud de la Chine. Plusieurs Africains ont raconté à l’AFP avoir été chassés de leurs logements, puis refusés dans des hôtels.
« Les abus et mauvais traitements à l’encontre des Africains vivant et travaillant en Chine rappellent tristement à quel point le partenariat entre la République populaire de Chine et l’Afrique est creux », a déclaré à l’AFP un porte-parole du département d’État américain.
« Au moment où nous devrions nous soutenir les uns les autres pour surmonter une pandémie que les responsables chinois ont cachée au monde de manière irresponsable, les responsables chinois se consacrent eux à mettre des étudiants africains à la rue sans nourriture ni abri », a-t-il déploré.
« Il est malheureux, mais pas surprenant, de voir ce genre de xénophobie des autorités chinoises à l’égard des Africains. Tous ceux qui observent les projets chinois à travers l’Afrique connaissent ce genre de comportement injuste et manipulateur », a-t-il ajouté.

Confrontation stratégique

Les États-Unis dénoncent depuis des semaines l’absence de transparence de Pékin au début de l’épidémie, détectée initialement fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan, estimant qu’elle a retardé la réaction du reste du monde et ainsi coûté la vie à des milliers de personnes.
Par AFP  et Jeune Afrique