Libye : "À cause du coronavirus, on ne peut pas travailler. Mais ici, sans argent, tu as forcément tort"

Couvre-feu dans la ville de Misrata, en Libye, le 22 mars 2020. Photo : Reuters
En Libye, où le premier cas de coronavirus a été décelé mardi, l'inquiétude monte parmi certains
migrants qui ont reçu l'ordre de rester confinés. Souleymane, 18 ans, vit avec deux compagnons à Zouara . Tous sont désormais dans l'incapacité de travailler et redoutent d'être mis à la rue si ils ne parviennent plus à payer leur loyer.
La Libye a enregistré mardi 24 mars son premier cas confirmé de coronavirus. La propagation du virus a poussé ces derniers jours le pays a déclarer un état d'urgence, et a même provoqué une trêve humanitaire dite "du coronavirus" - de courte durée - entre les deux parties qui s’affrontent dans une guerre civile. Les centres du Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) à Tripoli ont, quant à eux, fermé leurs portes jusqu'à nouvel ordre. Pour la communauté migrante, ce climat d'incertitude est d'autant plus angoissant que cette population se trouve déjà dans une situation des plus précaires. Témoignage.
"Je m'appelle Souleymane Soumah, je suis guinéen, j'ai 18 ans. Je vis actuellement dans la ville de Zouara [à une centaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli, NDLR ], dans une maison que je loue avec deux autres migrants guinéens. Nous partageons la même chambre.
Des Libyens m'ont torturé à l'automne et j'ai mal dans les côtes depuis donc je ne peux pas travailler pour l'instant. Avant, je nettoyais des maisons de Libyens pour gagner de l'argent. Certaines fois, mes employeurs ne me payaient pas, ils me chassaient une fois le travail terminé.
Souleymane un migrant guineen en Libye redoute dtre mis  la rue si il ne parvient plus  payer son loyer Photo  DR
Souleymane, un migrant guineen en Libye, redoute d'être mis à la rue si il ne parvient plus à payer son loyer. Photo : DR
A la maison, ce sont mes deux compagnons qui paient la nourriture car eux peuvent travailler. Ils font de la soudure, de la maçonnerie, ou encore des travaux de peinture en bâtiment. Mais parfois, ils ne sont pas payés pour leur travail, eux non plus. Le loyer de notre logement est de 70 dinars [environ 45 euros, NDLR] par personne et par mois.
Le coronavirus complique encore les choses. Nous savons que c'est une maladie dangereuse. Les Libyens nous ont dit de ne plus sortir de la maison pendant deux semaines. Je pense qu'ils ne veulent pas voir d'immigrés dans les rues [la situation en Libye en ce qui concerne les restrictions de deplacements n'est pas uniforme. Dans certaines villes, ordre a été donné à la population de se confiner, dans d'autres non. Ces mesures ne sont pas spécifiques aux migrants, selon le HCR, NDLR]. Nous pouvons sortir acheter à manger, du riz, de l'eau, mais mes amis ne peuvent plus aller travailler.
Nous sommes très inquiets : en Libye, si tu n'as pas d'argent, tu as forcément tort. Comment nous allons continuer à nous nourrir sans argent ? Et comment est-ce que nous allons pouvoir payer le loyer ? Il va nous être réclamé à la fin du mois. Si nous ne payons pas, nous allons être mis à la porte. Et si on nous voit dehors, on nous enverra en prison [la Libye a mis en place un couvre-feu entre 18h et 6h pour freiner la propagation du coronavirus, NDLR].

"Nous savons qu'en ce moment il n'y a pas de bateau humanitaire en mer"

Cela fait deux ans que je suis en Libye et je suis déjà allé en prison deux fois.
La première fois, c'était à Tadjourah [ce centre de détention, situé à l'est de Tripoli, a été partiellement détruit le 2 juillet 2019 dans une frappe aérienne attribuée aux forces de Khalifa Haftar. Il a depuis fermé ses portes, NDLR] après avoir été intercepté en mer par les garde-côtes libyens alors que je tentais de traverser vers l'Europe. Je suis resté six mois à Tadjourah, jusqu'en août 2018.
En 2019, j'ai une nouvelle fois essayé de traverser la mer. Mais, là encore, les garde-côtes nous ont interceptés. Cette fois, j'ai été envoyé à Zaouia [à 45 minutes à l’ouest de Tripoli, NDLR] dans le centre de détention de Osama. Là-bas, on nous frappait. Je ne sais pas exactement combien de temps j'y suis resté, j'ai un peu oublié cette période. Au mois de mai, je me suis évadé avec d'autres personnes. Dans la fuite, l'un de mes compagnons a été tué. Moi, c'est Dieu qui m'a aidé.
Quelques mois plus tard, des hommes libyens m'ont dit de venir nettoyer leur maison. Mais c'était un mensonge, ils voulaient me faire du mal. Ils m'ont frappé avec des couteaux. Je ne sais pas pourquoi. J'ai été envoyé en ambulance à l'hôpital de Sabratha [entre Zouara et Tripoli, NDLR].
Souleymane migrant guinen lors dun sjour  lhpital de Sabratha en Libye Crdit  DR
Souleymane, migrant guinéen, lors d'un séjour à l'hôpital de Sabratha, en Libye. Crédit : DR
Depuis j'ai des douleurs dans le corps. Je ne peux plus travailler pour l'instant, mais je commence à guérir.
Avec mes amis, notre souhait est d'aller en Europe. Nous voulons réessayer de prendre la mer, mais nous savons qu'en ce moment il n'y a pas de bateau humanitaire. Alors, qui va sauver les gens dans l'eau ?

Pour l'instant, nous restons à la maison, ce n'est pas facile. Nous essayons de faire un peu de lecture. Et je prie."