Sous le feu des critiques, la Chine révise son bilan du Covid-19 à la hausse

L’image contient peut-être : 1 personne, pont, ciel, plein air et eau
Soupçonnée d’avoir sous-estimé son bilan du coronavirus, la Chine a annoncé vendredi près de 1.300
morts supplémentaires à Wuhan, épicentre d’une pandémie qui vaut à Pékin une contraction sans précédent de son économie au 1er trimestre.
Depuis son apparition dans la métropole chinoise de Wuhan fin 2019, le nouveau coronavirus a infecté plus de 2 millions de personnes à travers le monde mais aussi suscité des doutes quant à la réalité du bilan chinois, relate l'AFP.
En Chine, il y a «manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas», a déclaré le Emmanuel Macron au quotidien britannique Financial Times.
«Nous devrons poser les questions difficiles concernant l’apparition du virus et pourquoi il n’a pas pu être stoppé plus tôt», a déclaré comme en écho le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab.

La mairie de Wuhan révise ses chiffres à la hausse

Quelques heures plus tard, la mairie de Wuhan créait la surprise en révisant ses chiffres à la hausse avec 1.290 décès supplémentaires. Ce nouveau décompte porte à 4.632 le bilan des décès enregistré dans le pays le plus peuplé du monde.
Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, la ville, placée sous quarantaine du 23 janvier au 8 avril, explique qu’au plus fort de l’épidémie, certains patients sont décédés chez eux faute de pouvoir être pris en charge dans les hôpitaux.
Ils n’avaient donc pas été comptabilisés jusqu’à présent dans les statistiques officielles qui ne prenaient en compte que les personnes décédées à l’hôpital.
La remontée des données par les hôpitaux a fait l’objet de «retards» et «d’omissions», a reconnu la ville.

Le bilan des cas confirmés de contamination à Wuhan est en hausse de 325. Le nouveau total chinois, de plus de 80.000 contaminations, risque toutefois de ne pas convaincre les plus sceptiques -- notamment l’administration de Donald Trump. Apparition dans un marché à Wuhan où des animaux exotiques auraient été vendus vivants? Laboratoire de la ville qui aurait étudié les coronavirus chez les chauves-souris sans respect des protocoles de sécurité? Les théories vont bon train et les accusations se multiplient dans plusieurs pays occidentaux quant aux informations fournies par Pékin sur l’origine du virus.
Vladimir Poutine, dont le pays compte près de 28.000 malades, est un des seuls à prendre la défense de Pékin, jugeant «contreproductives» ces accusations lors d’un entretien téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping.

L’épidémie continue à dévaster l’économie mondiale

Pékin a publié vendredi ses chiffres officiels du PIB: l’économie chinoise a connu un repli de 6,8% sur un an au 1er trimestre. La Chine n’avait pas connu une telle contraction de son économie depuis l’établissement des statistiques trimestrielles au début des années 1990.
Aux États-Unis aussi l’économie sera fortement touchée. Pour réduire l’impact financier du confinement, le président Donald Trump, qui souhaite rouvrir le pays le plus tôt possible, a présenté jeudi un plan pour faire «redémarrer l’Amérique».

Il a estimé que les États «en bonne santé» pouvaient redémarrer «littéralement dès demain», avant l’échéance du 1er mai un temps évoquée, mentionnant le Montana, le Wyoming ou le Dakota du Nord, relativement épargnés. Plus de 2.135.410 cas du nouveau coronavirus ont été officiellement déclarés dans le monde, dont au moins 141.127 décès, selon un comptage AFP jeudi à 19H00 GMT.
Les États-Unis paient le plus lourd tribut, avec près de 33.000 décès pour 667.800 cas. Suivent l’Italie (22.170 morts), l’Espagne (19.130), la France (17.920) et le Royaume-Uni (13.729).

L’Amérique latine n’est pas épargnée

Darwin Castillo, ouvrier équatorien de 31 ans, a littéralement perdu son père dans le chaos du Covid-19 à Guayaquil, une des villes les plus affectées d’Amérique latine: il est allé récupérer son corps dans une morgue bondée. Mais le sac mortuaire contenait une autre victime.
«Je ne rejette pas la faute sur la morgue ou l’hôpital - il y avait des gens qui mouraient dans l’entrée. Je voudrais juste retrouver mon père et lui offrir une sépulture chrétienne, lui donner un bouquet de roses», a-t-il expliqué à l’AFP.
Du côté de l’Europe, tiraillées entre les impératifs sanitaires et l’urgence de minimiser les coûts sur l’emploi ou la croissance, les autorités avancent vers le déconfinement en ordre dispersé.

Mais plus de la moitié de la population mondiale reste confinée. Et si en Europe l’anticipation d’un «retour à la normale» se base sur un ralentissement des admissions en soins intensifs et des hospitalisations, la pandémie est loin d’être jugulée. L’Europe reste dans «l’oeil du cyclone» et ne doit «pas baisser la garde», met en garde l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en notant des «chiffres constants ou accrus» de contaminations au Royaume-Uni et dans l’est du continent.
Au Royaume-Uni, le gouvernement a décidé de prolonger le confinement «pour au moins trois semaines».
À rebours des espoirs de déconfinement européens et américains, certains pays ont fait le choix inverse d’un renforcement des mesures de prévention.
En Asie, le gouvernement japonais a ainsi étendu l’état d’urgence à l’ensemble de l’archipel et une distribution de masques dans tous les foyers du pays était prévue vendredi.
Par sputnik