Afrique de l’Est: difficile coordination régionale dans la lutte contre le coronavirus


En Afrique de l’Est, la gestion du coronavirus diffère d’un pays à l’autre. Pas de cohésion et un virus
qui se propage au-delà des frontières. Résultat : le Kenya, qui a pris des mesures fortes de confinement depuis mi-mars, a fermé ce weekend ses frontières avec la Somalie et la Tanzanie.
Avec notre correspondante à Nairobi, Charlotte Simonart
La semaine dernière, un quart des nouveaux cas enregistrés au Kenya venait précisément de Tanzanie et de Somalie. Deux voisins dont la gestion de la crise inquiète.
Le Kenya se protège donc de la Tanzanie, d’abord et de son président John Magufuli qui multiplie les déclarations loufoques. Ce dimanche, par exemple, il affirmait que son fils avait guéri du Covid-19 grâce au gingembre et au citron, ajoutant que le nombre d’infection était en baisse dans le pays. « Une réponse de dieu à nos prières », selon lui.
Plus de 1 300 cas en Somalie
La Tanzanie enregistre 500 cas de Covid 19. Des données largement sous-estimées et très peu réactualisées par les autorités. Une gestion opaque de la crise. Pas de mesures de confinement, hors mis la fermeture des établissements scolaires. C’est ainsi que des dizaines de chauffeurs routiers tanzaniens ont été testés positifs à la frontière kényane la semaine dernière.
Des cas positifs venus également de la frontière nord du Kenya, de Somalie. Pays qui peine à gérer la crise. Actuellement, il y a 1 300 cas confirmés, mais le manque de tests cache une réalité bien plus inquiétante : il y aurait sans doute plusieurs milliers de personnes infectées de l’aveu même des autorités sanitaires. Le Kenya ferme donc là aussi sa frontière, mais une frontière connue pour sa porosité et pour être le terrain de jeu de nombreux trafiquants.
Par RFI