Afrique du Sud: VIH et coronavirus, la double peine

 
L'épidémie de coronavirus continue de s'étendre rapidement en Afrique du Sud, pays le plus touché
sur le continent, avec 554 cas de contamination.
L’Afrique du Sud se prépare à imposer un confinement strict de trois semaines pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus. Le président Cyril Ramaphosa l’a annoncé lundi soir : le confinement débutera jeudi soir à minuit. L’armée sera déployée pour s’assurer qu’il est respecté. L’Afrique du sud est le pays le plus touché par l’épidémie de coronavirus de toute l’Afrique subsaharienne, avec plus de 550 cas de contamination ce mardi.
Dans son allocution, le chef de l’Etat a exhorté la population à respecter le confinement. « La population sud-africaine est particulièrement vulnérable », a-t-il indiqué, en raison de la prévalence du VIH dans le pays.
Le coronavirus, plus dangereux pour les personnes dont l’immunité est affaiblie
Avec plus de 7,5 millions de personnes atteintes du VIH dans le pays, les autorités sud-africaines sont inquiètes. La propagation du coronavirus pourrait faire de nombreuses victimes parmi une population jeune et active, dont le système immunitaire est déjà affaibli explique le professeur Atiya Mosam, spécialiste de santé public. « Le coronavirus est beaucoup plus dangereux pour les gens qui ont une immunité fortement affaiblie. Des gens qui ont des maladies infectieuses comme le VIH ou la tuberculose, mais également tous ceux qui ont des maladies chroniques… Ceux qui travaillent dans les mines, par exemple, et qui sont exposés à des poussières de silice. Ces mineurs développent des maladies respiratoires et sont vulnérables. » 
L’Afrique du Sud compte également plus de 300 000 cas de tuberculose. Il s’agit du deuxième pays le plus touché du continent.
Ironiquement, admet le professeur Salim Abdool Karim, de l’université du Kazulu Natal, l’épidémie de tuberculose a contraint les autorités à mettre en place une infrastructure pour diagnostiquer les malades, limiter la contagion et dépister l’entourage du patient. Un système qui va pouvoir être utilisé rapidement  pour lutter contre le Covid-19.
Par RFI