Allemagne: la chute de l’économie est pire que prévu

Allemagne : la chute de l’économie est pire que prévu !

Le PIB allemand a reculé de 2,2% au premier trimestre. Sur un an, la décroissance ressort à 1,9%, contre 1,6% prévu !

L'économie allemande est à la peine. Outre-Rhin, selon une estimation préalable, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 2,2% au premier trimestre après avoir reculé de 0,1% au quatrième trimestre 2019, a annoncé l’office fédéral des statistiques. Cet indicateur est en ligne avec le consensus Reuters. Sur un an, l'Allemagne a connu une décroissance de 1,9%, contre 1,6% attendu. L'économie allemande connaît son "pire résultat depuis la crise économique" de 2008-2009, et "son deuxième plus mauvais depuis la Réunification" en 1990, indique Destatis. Et ce, alors que les mesures de restrictions visant à endiguer la pandémie, au prix d'un fort impact sur l'activité, n'ont débuté que mi-mars, en fin de trimestre.
Comme l'ensemble des pays européens, l'économie allemande a subi un choc multiforme, puisque le confinement décrété face à la crise sanitaire a paralysé la production de nombreux secteurs, fortement ralenti les échanges et bridé la consommation. Et le deuxième trimestre, entre début avril et fin juin, devrait connaître un plongeon de 10% du PIB allemand sur un an, inédit depuis cinquante ans, selon des projections communes des principaux instituts économiques publiées début avril, rapporte l'AFP.
Pour 2020, le gouvernement allemand prévoit une récession de 6,3%, la plus forte depuis le début des calculs en 1970. Et la pandémie devrait amputer de près de 100 milliards d'euros les recettes fiscales par rapport à la précédente prévision d'octobre, a précisé jeudi le ministre des Finances.
"Après dix ans de croissance, les conséquences de la pandémie" posent "un grand défi économique et politique", a déclaré fin avril le ministre de l'Economie Peter Altmaier. L'industrie exportatrice, pilier du modèle économique allemand, est particulièrement en souffrance, après avoir déjà été plombée en 2019 par les tensions commerciales et les inquiétudes liées au Brexit. Le secteur automobile est sinistré : les immatriculations se sont effondrées en mars de 37,7% sur un an, la pire chute depuis 30 ans. En avril, l'Allemagne a produit 97% de voitures en moins sur un an.Par Capital.fr