Coronavirus en Chine: la veuve du docteur Li Wenliang sort du silence

Depuis la mort du médecin chinois lanceur d’alerte Li Wenliang le 7 février dernier, son épouse était
restée particulièrement discrète, mais voilà qu’elle brise le silence. Après près de quatre mois sans avoir donné aucune nouvelle, elle vient de s’exprimer sur son compte Weibo, le Twitter chinois.
Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget
La dernière fois que Fu Xiejie, l’épouse de Li Wenliang, s’était exprimée publiquement, c’était le 8 février dernier, au lendemain de la mort de son mari. Un message de quelques lignes sur les réseaux sociaux pour dénoncer des rumeurs à propos d’une collecte de fonds qu’elle aurait lancée.
Puis, plus rien. Sous la pression des autorités, elle décline toutes demandes d’interviews, elle est même restée muette lorsque le pouvoir avait officiellement réhabilité son mari et fait de lui un « martyr ».
Sur Weibo, le Twitter chinois, elle vient de sortir de son silence pour répondre à une proposition faite par des députés américains. Ils suggèrent de renommer la place de l’ambassade de Chine à Washington : « Place du docteur Li Wenliang ».
La veuve se dit très attristée par la nouvelle. Wenliang, écrit-elle, était membre du Parti ommuniste, « il aimait profondément sa patrie, jamais il n’aurait toléré que son nom soit utilisé pour lui nuire ». Un message qui interroge dans le contexte actuel de tensions entre Washington et Pékin. Emane-t-il véritablement de Fu Xiejie ou faut il y voir la signature du parti ?
Par RFI