Coronavirus: Israël va prêter de l'argent à l'Autorité palestinienne

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 7 mai 2020 à Ramallah. 
La crise économique causée par le coronavirus pèse sur les finances publiques dans de nombreux
pays et l’Autorité palestinienne ne fait pas exception : elle a vu ses recettes fiscales diminuer. Elle a donc négocié une aide auprès d’Israël qui a accepté de lui accorder un prêt qui pourra atteindre jusqu’à 210 millions d’euros.
De notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil
Pour le ministre de l’Économie palestinien, l’aide était devenue une question de survie. Conformément aux accords entre les deux partis, Israël prélève les taxes d’importation et d’exportation pour le compte de l’Autorité palestinienne.
Habituellement, ces recettes fiscales sont de l’ordre de 750 millions de shekels, soit environ 200 millions d’euros par mois. Mais en avril, elles avaient déjà baissé de près de 30%. Et elles risquent de passer sous la barre des 500 millions de shekels une fois le mois de ramadan terminé.
Le gouvernement palestinien considère la somme de 500 millions de shekels comme un seuil critique. Si les taxes douanières tombent en dessous, il craint de ne plus avoir les moyens de soutenir l’économie palestinienne dans cette période de crise. Depuis un mois et demi, il négociait donc une aide avec le gouvernement israélien.
Finalement, les deux partis pourtant engagées dans un bras de fer financier sur le paiement d’allocations aux familles de détenus palestiniens - sont parvenus à un accord. Pendant quatre mois, entre juin et septembre, Israël complètera si besoin les taxes douanières palestiniennes. Lorsqu’elles seront inférieures à 500 millions de shekels, Israël apportera un complément mensuel, dans la limite de 800 millions de shekels, 210 millions d’euros, sur l’ensemble de la période.
Par RFI