Coronavirus: l'Iran rouvre une partie de ses mosquées lundi

Les mosquées d'Iran, fermées à l'échelle du pays depuis début mars afin de lutter contre la
propagation du nouveau coronavirus, rouvriront à partir de lundi dans 30 % des comtés du pays, a annoncé dimanche le président Hassan Rohani.
"Nous avons décidé aujourd'hui de rouvrir les mosquées dans 132 comtés [...] à faible risque [en matière de pandémie de Covid-19] dès demain, et d'y recommencer la prière du vendredi tout en respectant les protocoles sanitaires", a-t-il déclaré lors d'une réunion du Comité national de lutte contre la pandémie diffusée à la télévision d'Etat.
Le comté est une subdivision de la province: l'Iran compte ainsi 434 comtés répartis sur 31 provinces.
M. Rohani a fait cette annonce alors que les chiffres officiels dessinent une tendance de ralentissement du rythme des décès liés au nouveau coronavirus et de la propagation de la maladie depuis le début du mois d'avril.
Selon les statistiques du ministère de la Santé, 47 décès ont ainsi été recensés entre samedi midi et dimanche à la mi-journée. Il s'agit du nombre de morts quotidiens le plus bas annoncé par les autorités depuis 55 jours.
Selon les chiffres officiels -- jugés largement sous-estimés par des experts et responsables politiques étrangers mais aussi par plusieurs responsables iraniens -- la pandémie a fait 6.203 morts en Iran, pays de loin le plus touché par la maladie au Proche et au Moyen-Orient.
Pour autant, les autorités de Téhéran continuent de mettre en garde la population contre tout relâchement face à la menace du virus.
"Respecter la distanciation sociale est plus important qu'assister à la prière collective", a ainsi souligné M. Rohani.

"Dans le calme"

M. Rohani n'a donné aucune précision sur les noms des comtés concernés par cette mesure ni sur le nombre des mosquées devant rouvrir lundi.
A priori, la mesure ne sera pas applicable à la capitale, Téhéran, ni à Machhad (Nord-Est) et Qom (Centre), les deux principales villes saintes chiites du pays, qui font partie des zones les plus touchées par la pandémie.
Les mosquées ont commencé à être fermées dès la fin du mois de février dans certaines zones du pays avant que la mesure ne soit étendue à l'ensemble du territoire national début mars, puis aux grands sanctuaires comme ceux de Machhad et Qom mi-mars.
Depuis le 11 avril, l'Etat a autorisé une réouverture progressive des commerces et a levé les restrictions sur les déplacements à l'intérieur du pays.
Ecoles, universités, cinémas, stades et autres lieux de regroupement restent néanmoins fermés dans tout l'Iran.
Selon M. Rohani, les autorités envisagent également de rouvrir les écoles à partir du 16 mai, soit environ un mois avant la fin de l'année scolaire.
"Nous continuerons les réouvertures [d'entreprises et lieux publics] dans le calme et progressivement", a aussi déclaré le président, tout en prévenant que la population devait se tenir prête aux "mauvais scénarios" d'un regain de la propagation du virus.
"La situation [actuelle] pourrait se prolonger jusque pendant l'été", a-t-il ajouté.
Selon les derniers chiffres officiels, 976 personnes ont été testées positives au virus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 97.424 le nombre cas confirmés de contamination dans le pays.
Conséquence de la persistance de la maladie, les Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique, ont annoncé dimanche l'annulation des traditionnelles cérémonies tenues en Iran pour la Journée de Jérusalem.
Célébrée chaque année le dernier vendredi du ramadan (cette année le 22 mai) depuis l'instauration de la République islamique en 1979, la journée de Jérusalem est l'occasion d'afficher un soutien du pays à la cause palestinienne.
Par AFP