Elizabeth II : ces lettres privées qui vont être révélées et qui risquent de jeter le trouble

Elizabeth II : ces lettres privées qui vont être révélées et qui risquent de jeter le trouble 

En 1975, le Premier ministre australien Gough Whitlan a été limogé par le gouverneur général John Kerr. 45 ans plus tard, voici que des lettres de la reine Elizabeth II vont être révélée et devraient mettre le palais dans l'embarras. La monarque était-elle au courant avant que le limogeage se fasse ?

La reine Elizabeth II va-t-elle être éclaboussée par un scandale vieux de 45 ans. Comme le révèle Tatler, des lettres privées de la monarque de 94 ans à propos d'affaires politiques australiennes vont être dévoilées et celles-ci risquent de jeter un grand trouble. Il faut revenir en 1975, lors du limogeage du Premier ministre d'Australie Gough Whitlan alors que le pays traverse une crise politique. A cette époque, la grand-mère de William et Harry communiquait par lettres avec le gouverneur général australien, John Kerr, qui a décidé de virer Gough Whitlam.
Ce départ forcé a fait couler beaucoup d'encre à l'époque et continue à déchaîner les passions.... La plus haute juridiction australienne a rendu sa décision contre la volonté de Buckingham Palace et des correspondances privées vont donc être révélées à tous, ce qui pourrait mettre le palais dans l'embarras comme l'assure le Times. En effet, ces lettres pourraient prouver que la reine ou le prince Charles savaient au préalable que Gough Whitlam allait être limogé par John Kerr en novembre 1975, pour être remplacé par le chef de l’opposition, Malcolm Fraser.

Un tournant politique historique ?

En 1975, ce limogeage qualifié de "licenciement" avait déclenché des protestations à l’échelle nationale et était depuis considérée comme la crise constitutionnelle la plus importante connue par l’Australie. S'il est prouvé par ces lettres que Buckingham Palace était impliqué dans cette affaire politique, les protestations pourraient reprendre et nombreux souhaitent déjà que l'Australie deviennent une république, mettant ainsi fin à la position de la Reine en tant que chef de l'État.
Thomas Monnier
Par Gala.fr