Kim Jong-un pourrait avoir simulé sa mort pour démasquer les traîtres dans son administration

C’est en tout cas l’hypothèse soutenue par un journaliste de Sky News Australie, spécialiste de la Corée du Nord.

Un scénario digne d’un film d’espionnage. Selon le journaliste de Sky News Australie James Morrow, la récente disparition de Kim Jong-un ne serait pas due à des soucis de santé, mais à une gigantesque mise en scène destinée à identifier les traîtres dans son entourage.
Pendant un peu plus de deux semaines, le dictateur nord-coréen n’est en effet pas apparu en public. Son absence lors d’une cérémonie officielle, le 15 avril dernier, a même fait naître de nombreuses spéculations autour de son état de santé.

Une mise en scène ?

Certains médias américains ont évoqué une opération au coeur, avec complications, et d’autres sont même allés jusqu’à annoncer la mort du dirigeant, mais celui-ci a finalement réapparu vendredi dernier, à l’occasion de l’inauguration d’une usine à Sunchon.
Si la thèse des problèmes de santé est toujours défendue par certains médias, James Morrow a donc un avis différent. Selon le Daily Star, ce journaliste australien pense en effet que “le despote a simulé sa propre mort afin de voir comment l'élite nord-coréenne allait réagir”.

“Je pense que nous assisterons bientôt à des purges en Corée du Nord”

“Les rumeurs de sa disparition ont été grandement exagérées. Il a choisi de ne pas réagir et il en a profité pour faire profil bas, pour voir comment les choses se déroulaient du point de vue du pouvoir”, avance le journaliste de Sky News Australia.
Selon James Morrow, cette manoeuvre a permis au dictateur d’observer, dans l’ombre, “qui essayerait de prendre le pouvoir s’il disparaissait vraiment”. De retour aux affaires, Kim Jong-un pourrait donc prendre des décisions en conséquences. "Je pense que nous assisterons bientôt à des purges en Corée du Nord”, affirme ainsi le journaliste.