L'armée américaine accuse la Russie d'avoir déployé des avions de chasse en Libye

Aucune description de photo disponible.
Les Etats-Unis communiquent sur la Libye ce mardi 26 mai. Le commandement africain de l’armée
américaine basé à Stuttgart accuse la Russie d’avoir dépêché récemment des avions de chasse en Libye pour soutenir les mercenaires russes qui y combattent aux côtés de l’Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar. Cette affirmation intervient quelques heures après le repli de mercenaires vers l’aéroport de la ville de Bani Walid en abandonnant toutes les lignes de front à Tripoli.
Le communiqué de l’Africom ce mardi corrobore avec le tweet jeudi dernier de Fathi Bachagha le ministre libyen de l’Intérieur au Gouvernement d'union nationale. Il a annoncé que huit avions militaires russes au moins ont atterri dans l’Est et le Sud libyen en provenance de Syrie. Il s’agit de Mig 29 et de Sukhoï 24. Des avions de la quatrième génération, affirme le communiqué de l’Africom, qui sont arrivés en Libye depuis une base militaire russe en transitant par la Syrie, où ils ont été repeints pour cacher leurs origines russes, toujours selon l’Africom.
Quant à la mission de ces avions de chasse, l’Africom évoque un probable appui aérien rapproché aux mercenaires russes de Wagner en Libye. Wagner et les autres groupes de mercenaires russes sont réputés proches du Kremlin, mais Moscou, tout en reconnaissant la présence de certains Russes en Libye, a toujours nié son implication.
« Comme elle l’a fait en Syrie, la Russie essaie clairement de faire pencher la balance en sa faveur en Libye », conclut le communiqué américain, qui accuse Moscou de violer l’embargo imposé sur les armes par l’ONU.
L'armée américaine a publié sur Twitter mardi après-midi quatre photos d'avions MiG-29 Fulcrum et Sukhoï Su-35, en vol ou parqués sur un aéroport militaire.
À Moscou, un responsable du comité de la Défense au Parlement russe dément l'accusation américaine, ajoutant que la Russie appelle toutes les parties au conflit en Libye à dialoguer.
Richard Norland, l’ambassadeur américain à Tripoli, a annoncé le soutien de son pays au GNA, le gouvernement d’entente nationale à Tripoli tout en dénonçant « des forces qui cherchent à imposer par les armes un nouveau régime politique » en Libye.
Par RFI