Le Covid-19 «aggravera les inégalités existantes» en Afrique, selon l’Onu

L’image contient peut-être : une personne ou plus
Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a appelé la communauté internationale à faire
preuve de solidarité avec l’Afrique où le nouveau coronavirus risque d’aggraver nombre de problèmes qui pèsent sur le continent depuis plusieurs années.
La pandémie de Covid-19 «menace les progrès accomplis en Afrique» ces derniers années, a averti ce mercredi 20 mai le secrétaire général de l'Onu.
«Elle aggravera les inégalités existantes et accentuera la faim, la malnutrition et la vulnérabilité face à la maladie. Déjà, la demande pour les produits africains de base, le tourisme et les envois de fonds sont en baisse. L’ouverture de la zone de libre-échange a été reportée et des millions de personnes pourraient basculer dans la pauvreté extrême», a-t-il souligné.
Dans son communiqué, Antonio Guterres a exprimé sa «solidarité la plus totale avec les peuples et les gouvernements africains» et a salué leurs efforts face à la pandémie.

Appel à la solidarité internationale

Alors que l’Afrique déplore le nombre relativement faible de victimes du Covid-19 par rapport à d’autres continents, «la pandémie en Afrique n’en est qu’à ses débuts, et les perturbations pourraient s’intensifier rapidement», a poursuivi M.Guterres qui a appelé «à faire preuve de solidarité internationale avec l’Afrique – dès aujourd’hui et pour mieux se redresser».
«Nous demandons une mobilisation internationale pour renforcer les systèmes sanitaires en Afrique, maintenir les chaînes d’approvisionnement alimentaire, éviter une crise financière, soutenir l’éducation, protéger les emplois, maintenir les ménages et les entreprises à flot et protéger le continent contre les pertes de revenus et de recettes d’exportation», a-t-il déclaré.
D’après lui, les pays du continent doivent bénéficier du même accès rapide, équitable et abordable à tout vaccin et traitement à venir, qui doivent être considérés comme des biens publics mondiaux.
«J’ai demandé un plan de relance mondiale qui représente au moins 10 % du produit intérieur brut global. Pour l’Afrique, cela signifie plus de 200 milliards de dollars de soutien additionnel de la part de la communauté internationale», a-t-il ajouté.
Jusqu’à présent, près de 3.000 morts liées au Covid-19 et quelques 88.000 cas de contamination ont été enregistrés en Afrique depuis le début de la pandémie qui a fait plus de 320.000 morts.
Par sputnik