Mitsubishi Aircraft quitte les Etats-Unis

Le développement du Mitsubishi SpaceJet va se poursuivre exclusivement au Japon, l’avionneur
ayant décidé de fermer ses activités dans l’Etat de Washington. Des centaines d’emplois sont menacés.
Après avoir suspendu le développement de la deuxième version de son SpaceJet, le M100, l’avionneur japonais jette de nouveau le doute sur l’avenir du programme : sa maison-mère Mitsubishi Heavy Industries a annoncé le 22 mai 2020 vouloir « consolider toutes ses activités à Nagoya au Japon » et fermer ses opérations américaines, lancées en 2016 à Moses Lake pour mener à bien la campagne de certification (Boeing avait signé un accord portant sur le développement, le marketing et le service après-vente du monocouloir japonais).
Dans un courriel envoyé au Seattle Times, le porte-parole Jeff Donen a confirmé que la décision avait été prise « en raison des directives budgétaires », et que cela aura un impact « sur la majorité de nos employés aux Etats-Unis » (le détail sera fourni dans quelques semaines), le siège de Mitsubishi Aircraft à Renton étant lui aussi fermé et les essais en vol suspendus. Ces essais ont mobilisé jusqu’à 400 personnes, 200 autres étant employés chez AeroTEC à Seattle.
Les quatre M90 déjà sur place seront stockés sur place, un « petit nombre d’employés » devant les maintenir en état, tandis que le 5ème – le premier avec une configuration mise à jour selon le quotidien » – a déjà décollé mais restera à Nagoya. Lancé en 2008, l’avion avait effectué son vol inaugural en novembre 2015, mais en février dernier Mitsubishi avait de nouveau reporté son entrée en service au premier trimestre 2021 au plus tôt.