Mort de George Floyd à Minneapolis: le policier mis en cause inculpé d'homicide involontaire

Le policier a été placé en détention par la police criminelle. Le décès de Floyd a provoqué une vague de manifestations qui ont dégénéré en émeutes à Minneapolis.

ÉTATS-UNIS - Y aura-t-il une justice pour George Floyd? Le policier mis en cause dans la mort de l’Afro-Américain de 46 ans, lors d’une interpellation mortelle à Minneapolis, dans le Nord des Etats-Unis, a été arrêté avant d’être inculpé d’homicide involontaire, ont annoncé ce vendredi 29 mai les autorités locales.
“Le policier impliqué dans la mort de George Floyd, qui a été identifié comme Derek Chauvin, a été placé en détention” par la police criminelle, a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota. Ceci avant que soit annoncé quelques minutes plus tard par le procureur Mike Freeman:
“L’ancien officier de police de Minneapolis Derek Chauvin a été inculpé par le bureau du procureur du comté de Hennepin de meurtre (au 3ème degré) et d’homicide involontaire”.

Les quatre agents de police licenciés

Une vidéo devenue virale montre ce policier blanc plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que George Floyd disait ne plus pouvoir respirer. 
Les résultats de l’autopsie ne sont pas encore connus mais le policier est accusé d’avoir asphyxié George Floyd.
Les quatre agents impliqués dans le drame ont été licenciés et des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités. Mais seul Derek Chauvin a été arrêté pour l’instant. Dans la foulée, le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, a annoncé que ses services l’inculpaient d’acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d’homicide involontaire.

Vagues d’émeutes à Minneapolis

Depuis la diffusion de cette vidéo des manifestations ont éclaté à travers les Etats-Unis, et ont dégénéré en émeutes à Minneapolis, dans le Minnesota, notamment aux abords du commissariat où travaillaient les quatre policiers impliqués dans cette affaire, et dans d’autres villes de la région.    
Des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir la responsabilité des autres policiers.
Ce drame rappelle la mort d’Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Lui aussi avait dit “Je ne peux pas respirer”, une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter (“La vie des Noirs compte”).