Pour 50 Cent, Lloyd Banks et Tony Yayo sont responsables de l’échec du G-Unit

50 Cent, Lloyd Banks Tony Yayo échec G-Unit
Pour 50 Cent, Lloyd Banks et Tony Yayo n’ont malheureusement pas su exprimer pleinement
leur potentiel. Ce qui a entraîné la chute du G-Unit.
50 Cent est incontestablement, et a toujours été, le leader du G-Unit. Au sein de son groupe, il est même le seul à avoir percé aux yeux du grand public. En dépit de leurs talents au micro, ses team mates Tony Yayo et Lloyd Banks sont toujours restés dans l’ombre.
Un fait que Fifty déplore par ailleurs. Dans son nouveau livre intitulé Hustle Harder, Hustle Smarter, il consacre un chapitre entier à « l’échec » de son crew. Il explique notamment que selon lui, Banks et Yayo n’ont pas su évoluer et qu’ils sont restés coincés dans une vieille mentalité, ce qui a conduit finalement au blocage de leurs carrières. S’il critique définitivement les deux MC avec lesquels il a commencé, il prend également la responsabilité de ne pas être parvenu à les guider mieux. 
« J’ai toujours pensé que si j’avais fait un meilleur travail en enseignant à Banks et à Yayo comment évoluer et changer leurs habitudes, ils seraient tous les deux dans une meilleure situation aujourd’hui ».
https://www.instagram.com/p/BzdL6pnn03h/?utm_source=ig_embed

50 Cent au sujet de Lloyd Banks

Au sujet de Lloyd Banks plus précisément, il n’y va pas avec le dos de la cuillère.
«Pendant que j’étais dehors en train de me bouger le cul, Banks se contentait de rester sur son porche à regarder le monde de là-bas. Ce n’est pas moi qui ai essayé d’assassiner son personnage – le gars s’est tatoué « Lazy Lloyd » sur son bras. Il porte littéralement sa paresse sur sa manche », déplore Fifty.
Dans les paragraphes suivants, 50 Cent affirme qu’il a continué de conseiller à Banks d’évoluer avec le temps et d’embrasser la technologie et les réseaux pour mieux se promouvoir, mais qu’il n’était tout simplement pas prêt à le faire.
« Je lui ai suggéré de changer la façon dont il interagissait avec la culture. C’est pourquoi il y a des années, j’ai proposé à Banks de filmer son quotidien et de publier la vidéo sur YouTube. J’ai pensé qu’il devait présenter aux gens son style de vie. Peut-être que quelque chose qu’il dira ou fera va créer une étincelle et qu’il deviendra viral, au point d’entraîner de la hype autour de lui ».
Il affirme ensuite que tout ce qui est dit dans ce livre, il l’a dit directement à Banks, avant de publier son ouvrage.
«Je ne dis rien ici que je n’ai pas dit directement à Banks. Une autre fois, je me suis assis avec lui, juste au moment où IG commençait à exploser, et j’ai essayé de lui faire saisir l’opportunité : « Tu dois aller sur Instagram », l’encourageai-je. « C’est la meilleure façon pour toi de communiquer avec les gens ».
Seulement, Lloyd Banks a immédiatement rejeté l’idée, en disant que si 2Pac et Biggie ne l’avaient pas fait, il ne le ferait pas non plus. Ce qui a conduit 50 Cent à lui expliquer que les deux étaient morts et que s’ils étaient en vie aujourd’hui, ils seraient probablement actifs sur les réseaux.
«Lorsque Banks m’a fait ce commentaire, j’ai réalisé qu’il était allé aussi loin qu’il le pouvait. En fait, j’ai pensé : « C’est quelqu’un en qui je ne peux plus investir une minute ou un dollar. L’âge ne dépend pas de votre année de naissance, mais de la façon dont vous abordez votre époque. Si vous êtes ouvert à de nouvelles expériences, prêt à prendre des risques et curieux de découvrir de nouveaux sujets, vous resterez jeune ».
Sans en expliquer réellement les raisons, Lloyd Banks n’a jamais caché sa frustration de ne jamais avoir été considéré à sa juste valeur. Il a cependant récemment affiché ses ambitions de revenir sur le devant de la scène.

50 Cent au sujet de Tony Yayo

En ce qui concerne Tony Yayo, Curtis Jackson raconte dans son livre, qu’il était coincé dans la mentalité de la rue, et ce même lorsque le G-Unit connaissait le succès et tournait autour du monde. Il donne un exemple.
« Si j’étais en désaccord avec un autre artiste, la réaction de Yayo était« Allons-y tout simplement », car il aurait agi comme ça au quartier. Autre exemple : si nous obtenions 100 000 $ pour une série de showcases en club, il ne pensait pas à une seconde à épargner. Sa première pensée était «Hé, ça pourrait nous rapporter trois kilos et demi de cocaïne. Faisons ça et nous serons assis sur de l’argent réel. « 
« Maintes et maintes fois, j’ai dû lui dire: » Yayo, nous ne pouvons pas faire ça. On n’avancera pas si on se contente de faire cette connerie stupide. Si on fait ça, on va dégager d’ici aussi vite que nous sommes arrivés ».
En conclusion de ce chapitre, 50 Cent ne peut exprimer que des regrets face aux actes manqués du G-Unit. « Mon intention était que le G-Unit soit la première branche d’un arbre généalogique qui commençait avec moi, mais qui se prolongerait en lançant plusieurs générations de rappeurs. Mais au lieu de ça, j’ai donné naissance à mes fils, mais ils ne m’ont pas donné d’enfants. La lignée s’est arrêtée avec eux ».
Une fin bien malheureuse pour le G-Unit, un groupe qui aura pourtant su pendant un temps, marqué de son empreinte, l’histoire du rap game.