Covid-19 : le coronavirus aurait commencé sa propagation dès le mois d’août

Dans le cadre d’une étude réalisée par la Harvard Medical School, les scientifiques ont analysé les chiffres de fréquentation des hôpitaux et les recherches internet.

Le nouveau coronavirus circule certainement depuis plus longtemps qu’on ne le pense. Une nouvelle étude, menée par la Harvard Medical School, s’est appuyée sur des images satellite des parkings des hôpitaux de Wuhan et les tendances de recherche sur Internet. D’après les résultats, la Covid-19 se serait propagée en Chine dès le mois d’août dernier. 
En effet, les scientifiques ont constaté un nombre considérablement plus élevé de voitures dans les parkings de cinq hôpitaux de Wuhan à la fin de l'été et à l'automne 2019 par rapport à l'année précédente. Ils ont aussi remarqué une légère augmentation des recherches de mots-clés associés à une maladie infectieuse sur le moteur de recherche chinois Baidu. Davantage de recherches avec les termes diarrhée et toux ont ainsi été réalisées. ”Les données sont en fait particulièrement convaincantes, car nous avons constaté une augmentation du nombre de personnes à la recherche d'une maladie gastro-intestinale - la diarrhée - qui augmentait à un niveau que nous n'avions pas vu du tout, historiquement, et nous savons maintenant que les symptômes gastro-intestinaux sont vraiment un marqueur important pour Covid”, a détaillé le directeur de l'innovation du Boston Children's Hospital, John Brownstein, dans une prépublication publiée sur le serveur DASH de Harvard. Avant d’ajouter : “Un pourcentage énorme de personnes qui finissent par être testées positives à Wuhan ont en fait présenté des symptômes de diarrhée”.

Sept millions de cas

Bien que nous ne puissions pas confirmer si l'augmentation du volume était directement liée au nouveau virus, nos preuves soutiennent d'autres travaux récents montrant que l'émergence s'est produite avant l'identification sur le marché des fruits de mer de Huanan”, selon John Brownstein et son équipe. Et de poursuivre : “Ces résultats corroborent également l'hypothèse selon laquelle le virus a émergé naturellement dans le Sud de la Chine et était déjà potentiellement en circulation au moment de l'amas de Wuhan”. 
Selon le chercheur, il est facile de passer à côté des premiers signes d'une pandémie. “Si la même chose se produisait aux États-Unis, il est très possible que nous puissions également manquer ces signaux. Je pense donc que tout dépend de l'idée que nous devons renforcer nos efforts de santé publique et également renforcer notre surveillance de la santé publique”. Actuellement, près de sept millions de personnes ont été infectées par le virus. Dans le monde, plus de 400 000 personnes en sont décédées.