Entre le 20 mai et le 20 juin, l’Afrique a enregistré une augmentation exponentielle des nombres de COVID-19 de 344%, soit une hausse de 321%

Entre le 20 mai et le 20 juin, l’Afrique a enregistré une augmentation exponentielle des nombres
d’infection et de décès liés au nouveau coronavirus (Covid-19). En effet, selon le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), le continent comptait 286 141 cas de cas positifs dans l’après midi du samedi 20 juin et 7 696 décès. En comparaison, le continent ne comptait que 64 388 cas et 1827 décès. En un mois, l’Afrique enregistre 221 753 cas, soit une augmentation de 344% et 5 869 décès, soit une hausse de 321%.
Les pays africains les plus touchés par le COVID-19 comprennent l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Nigeria, le Ghana, et l’Algérie. En tenant compte de la population, Djibouti, Saint Tomé-et-Principe, le Gabon, le Cap Vert et la Guinée équatoriale rapportent le plus de cas cumulés de COVID-19 pour 100.000 habitants, selon le CDC Afrique.
Le CDC Afrique a également indiqué que l’Afrique australe était désormais la zone la plus affectée du continent en termes de cas positifs de COVID-19, surpassant l’Afrique du Nord. L’Afrique de l’Ouest est la troisième région la plus affectée du continent en nombre de cas de COVID-19. Plus tôt dans la semaine, le CDC Afrique avait révélé que quelque 43 pays africains avaient entièrement fermé leurs frontières en raison de la propagation rapide du nouveau coronavirus.
A l’échelle mondiale, l’on rapportait 8 753 853 cas positifs au samedi 20 juin dont 463 225 décès et 4 333 391 guérisons. Au regard de ce bilan de l’Université Johns Hopkins, l’Afrique représente 3,2% des cas d’infections et 1,6% des décès, ce qui fait dire à nombre d’experts que le continent doit sa résilience à la jeunesse de sa population.
Par financialafrik.com