Etats-Unis: Des milliers de personnes défilent pour commémorer la fin de l’esclavage

Une manifestation à Los Angeles le 19 juin pour commémorer les 155 ans de la fin de l'esclavage aux Etats-Unis.
MANIFESTATIONS - Dans un contexte particulièrement tendu depuis la mort de George
Floyd, de nombreux rassemblements ont célébré vendredi le 155e anniversaire de l’abolition de l’esclavage
A travers des rassemblements festifs ou des défilés, des milliers d’Américains ont célébré vendredi le 155e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Le contexte est particulier cette année avec la prise de conscience des discriminations et du racisme subis par la communauté noire à la suite de la mort de plusieurs Afro-Américains aux mains de la police.

Célébrations du « Juneteenth »

Les célébrations du « Juneteenth » (contraction de juin et de 19 en anglais), ce jour de 1865 où les derniers esclaves ont été libérés au Texas, ont donc été particulièrement exaltées par le mouvement de colère qui secoue le pays. « Je suis une femme noire, je vis dans ce pays depuis 20 ans et je suis là pour dire que les vies noires comptent, celles de mes enfants et de mes frères, pour que l’on puisse vivre dans un pays sûr », a confié Tabatha Bernard, 38 ans et originaire de Trinidad-et-Tobago, dans l’imposant cortège de New York.
A Washington, les protestations dénonçant « le racisme, l’oppression et les violences policières » se sont d’abord concentrées autour du monument en mémoire à Martin Luther King. Près de la Maison-Blanche, la manifestation était festive sur la nouvellement baptisée « Black Lives Matter Plaza » où plusieurs centaines de personnes ont dansé au son de la Go-Go Music avant de défiler dans les rues du centre-ville.

Nouvelle provocation de Trump

Une manifestante, Yamina BenKreira, a indiqué souhaiter que l’histoire des Afro-Américains soit mieux enseignée pour que les jeunes « prennent conscience » des discriminations. Les appels se sont multipliés ces dernières semaines pour le déboulonnage de monuments à la gloire de soldats confédérés lors de la Guerre de Sécession (1861-1865), qui pullulent dans le sud du pays, et certains ont été mis à terre.
Les participants avaient également des mots durs contre Donald Trump. Le locataire de la Maison-Blanche organise en effet samedi un grand meeting de campagne à Tulsa, dans l’Oklahoma. Il avait suscité l’indignation en choisissant la date symbolique du 19 juin et a dû le reporter au lendemain. Le choix n’est pas anodin : la ville reste hantée par le souvenir d’une des pires émeutes raciales de l’histoire, où jusqu’à 300 Afro-Américains ont été massacrés par une foule blanche, en 1921.
Par 20minutes.fr