Le Nigeria a entamé des négociations pour obtenir 6,5 milliards $ auprès des bailleurs de fonds étrangers

Le Nigeria négocie avec des bailleurs de fonds pour obtenir 6,5
milliards $. Les fonds lui permettront de lutter contre les effets conjugués du covid-19 et de la chute des cours du pétrole sur son économie. Selon certains médias locaux, la Banque mondiale pourrait fournir jusqu’à 3 milliards $.
Le Nigeria a entamé de nouvelles négociations avec des bailleurs de fonds étrangers, a-t-on appris de l’agence de presse Reuters. Au total, 6,5 milliards $ sont attendus par Abuja de la part de plusieurs institutions, dont la Banque mondiale.
Selon certains médias nigérians, l’institution de Bretton Woods pourrait d’ailleurs fournir près de la moitié du financement attendu, soit environ 3 milliards $. D’après des sources proches du dossier, la Banque prévoit d’étudier la demande du pays en conseil d’administration le 6 août 2020, alors que des discussions ont également démarré avec la banque africaine d’import-export (Afreximbank) pour obtenir un financement.
En avril, le Nigeria avait déjà obtenu le plus gros financement accordé par le FMI à un pays africain dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, soit 3,4 milliards $. Alors que les autorités excluent le recours au marché international de la dette cette année, le gouvernement veut mettre l’accent sur l’obtention de prêts concessionnels auprès d’institutions multilatérales de financement afin de faire face à la perte de recettes attendue suite à l’effet combiné de l’effondrement des cours du pétrole et de la crise de COVID-19.
D’après la Banque centrale du Nigeria, le déficit de la balance des paiements devrait se chiffrer cette année à au moins 14 milliards $ soit à peu près 3,2% du produit intérieur brut (PIB).
Moutiou Adjibi Nourou
Par Agence Ecofin