« L’heure de la justice raciale » est venue : le discours remarqué de Biden aux obsèques de George Floyd

 
À 5 mois de l’élection présidentelle, Joe Biden a défendu la justice raciale dans un discours de
cinq minutes diffusé lors des obsèques de George Floyd.
« L’heure de la justice raciale » est venue aux Etats-Unis, a lancé mardi 9 juin le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden dans une vidéo diffusée pendant la cérémonie d’obsèques de George Floyd à Houston, que vous pouvez voir ci-dessous :
« Nous ne pouvons plus nous détourner du racisme qui blesse notre âme », a ajouté l’ancien vice-président de Barack Obama, en rendant hommage à cet Afro-Américain de 46 ans, dont la mort il y a quinze jours sous le genou d’un policier blanc a suscité une vague de manifestations dans tout le pays et au-delà.
Joe Biden avait rencontré lundi en privé les proches de George Floyd à la veille de ses funérailles dans la ville texane de Houston où il avait grandi.
« Pourquoi est-ce que dans ce pays de trop nombreux Américains noirs se lèvent le matin en sachant qu’ils pourraient mourir en vivant simplement leur vie ? », a interrogé dans sa vidéo le candidat démocrate à la Maison-Blanche, qui affrontera le 3 novembre un Donald Trump faisant montre de fermeté depuis le début du mouvement.

Une tonalité très personnelle

Son discours a commencé par une note personnelle qui explique sans doute pourquoi son intervention a été saluée, lui qui a souvent été critiqué pour ses prises de parole jugées molles et dépourvues d’empathie.
Evoquant son propre cheminement de deuil familial après la mort de sa femme et de sa fille en 1972 dans un accident de voiture, puis en 2016 lorsque son fils Beau est mort d’un cancer, il s’est adressé directement à la fille de George Floyd, Gianna, âgée de six ans.
« Je sais que tu as beaucoup de questions. Des questions qu’aucun enfant ne devrait avoir à poser, et que trop d’enfants noirs ont dû poser depuis des générations : ’Pourquoi ? Pourquoi papa n’est plus là ?’ »

Une colistière noire ?

Plusieurs élus démocrates ont pris tour à tour la parole dans l’église bondée Fountain of Praise de Houston, donnant aux funérailles une tonalité politique. Dans ce contexte et après ce discours, le choix d’une colistière noire pouvant devenir la première vice-présidente des Etats-Unis, semble désormais s’imposer.
La sénatrice Kamala Harris, grande favorite, l’élue de la Chambre des représentants Val Demings, ou la maire d’Atlanta Keisha Lance Bottoms : toutes ont parlé avec vigueur, passion et émotion de l’émoi qui a saisi le pays en voyant cet Afro-Américain mourir, mais aussi de leur propre expérience de femmes noires aux États-Unis.
Par nouvelobs.com