Mort de George Floyd : un incident aurait opposé le policier et la victime par le passé

Le 25 mai, le policier Derek Chauvin a plaqué au sol George Floyd pendant plus de 8 minutes, alors que ce dernier se plaignait de ne pas pouvoir respirer. La scène avait été filmée par une passante. (Capture d’écran)
C'est un élément qui pourrait compter dans l'enquête sur la mort de George Floyd aux Etats-Unis. Un
homme qui a été employé comme videur dans une discothèque de Minneapolis, El Nuevo Rodeo, a affirmé à CBS mardi soir que l'ex-policier Derek Chauvin savait qui il arrêtait ce 25 mai, et par voie de conséquence - si ce témoin dit vrai - que l'agent savait qui il immobilisait au sol en lui écrasant la nuque avec le genou.
« Aucun doute. Il savait exactement qui était George Floyd », jure David Pinney, face caméra. Cet ancien gros bras du club latino étaye ses propos, mis en avant mercredi sur le site de CBS, en expliquant que les deux hommes ont travaillé pour cet établissement et ont même connu des frictions, notamment une embrouille pour une histoire de chèque de paye.
On savait que l'ex-policier de 44 ans proposait ses compétences à cette discothèque depuis des années. Dix-sept précisément. Son job consistait à surveiller l'entrée principale de la boîte de nuit, assis dans sa voiture, en dehors de ses heures de service. On savait aussi que George Floyd travaillait dans la même discothèque, de façon beaucoup plus occasionnelle, comme agent de sécurité à l'intérieur.
Cette coïncidence a été rapidement soulignée après la mort de l'Afro-Américain de 46 ans, asphyxié par Derek Chauvin. Mais leurs horaires à El Nuevo Rodeo (la nuit en semaine pour Floyd, la nuit le week-end pour Chauvin) rendaient très peu probables qu'ils se soient connus. Ou bien juste croisés, comme l'avait indiqué un ancien responsable de l'établissement.
« Extrêmement agressif » à l'égard de la clientèle issue des minorités
Dans son témoignage, David Pinney, lui, certifie que Derek Chauvin « connaissait bien » George Floyd. Il va plus loin en assurant que les deux ont eu des désaccords en raison du comportement « extrêmement agressif » du policier hors service à l'égard de la clientèle issue des minorités. L'ex-vigile évoque aussi un incident entre eux, portant sur une histoire de chèque remis par Floyd à Chauvin.
Mécontent de la rémunération, le flic embauché comme vigile s'en serait plaint auprès de Floyd et l'aurait blâmé alors que ce dernier ne faisait que lui apporter le chèque, comme devait le faire le personnel de sécurité affecté à l'intérieur pour leurs collègues postés dehors. « La rémunération est de la responsabilité du manager », appuie David Pinney.
Interrogée, la patronne du club a répondu qu'elle n'avait pas de souvenir de problème de salaire. Maya Santamaria précise en revanche que Derek Chauvin et George Floyd travaillaient le mardi soir lors d'un concours de danse hebdomadaire. Ils ont donc pu se connaître. « Je pense qu'il avait peur et était intimidé par les Noirs », a également avancé la patronne de l'établissement.
Un ancien cadre du club latino avait décrit Chauvin comme « très agressif » dans le cas de clients agités, notamment quand ils étaient afro-américains. Il lui reprochait de ne pas toujours réagir de façon appropriée pour apaiser une situation tendue. Un homme plus prompt à utiliser sa bombe au poivre qu'à dialoguer pour calmer les esprits échauffés.
Les allégations de l'ancien videur pourraient donc éclairer d'un jour nouveau les circonstances de l'interpellation trafique du 25 mai. Derek Chauvin a-t-il reconnu le suspect qui venait de payer des cigarettes avec un billet de 20 dollars manifestement faux ? Cette histoire de frictions a-t-elle existé ? Ces hypothèses confortent en tout cas la conviction de l'un des avocats de la famille de la victime, persuadé que le policier savait qui était George Floyd. A ce titre, il réclame son inculpation pour meurtre au premier degré, l'équivalent d'un assassinat en France, c'est-à-dire un acte prémédité.
Pour le moment, il risque 40 ans de prison
A ce stade, Derek Chauvin est écroué et principalement inculpé de meurtre au deuxième degré (sans préméditation) et d'homicide involontaire par négligence coupable, deux crimes qui l'exposent à 40 ans de prison. Les trois autres policiers, présents et impliqués dans l'arrestation, ont été inculpés de complicité de meurtre au deuxième degré. L'un d'eux, Thomas Lane, a été libéré mercredi contre une caution de 750 000 dollars.
Il y a quelques jours, son avocat avait estimé que son client âgé de 37 ans n'avait eu, le 25 mai, d'autres choix que de suivre les instructions de Derek Chauvin, son officier formateur. Thomas Lane était malgré tout plus qu'une simple recrue. Il avait rejoint la police de Minneapolis en février 2019 et était officier depuis décembre. Il se trouvait en revanche en période probatoire pendant un an, accompagné sur le terrain par un officier expérimenté, tel Chauvin et ses 19 années de service.
Enfin, le drame a éteint quelques vocations. Sept employés ont quitté le Département de police de Minneapolis depuis la mort de George Floyd. Un département de 1 100 employés dont 800 policiers, qui est par ailleurs sous la menace d'une dissolution par la municipalité.
Geoffroy Tomasovitch
Par Le Parisien.fr