Boris Johnson veut-il sortir le Royaume-Uni de son isolement?

A la tête du Royaume-Uni depuis un an, Boris Johnson affronte la crise sanitaire et de mauvaises nouvelles sur le front des négociations commerciales britanniques, qui rendent Londres vulnérable sur la scène internationale. 
Un an après son arrivée au 10 Downing Street, Boris Johnson avait sans doute rêvé d'un autre bilan.
Non seulement le Royaume-Uni est l'un des pays où le coronavirus a fait le plus de morts au monde (45.000 selon le bilan officiel), mais la grande vulnérabilité de Londres sur la scène internationale apparaît plus criante que jamais. Un rapport publié mardi par la commission parlementaire chargée de la sécurité à la Chambre des communes a braqué les projecteurs sur la menace que fait peser la Russie de Poutine sur la sécurité du pays. Le document, dont la publication a été maintes fois repoussée par le Premier ministre, établit que "le Royaume-Uni est une de ses toutes premières cibles occidentales en matière de renseignement".
Plus troublante encore est l'attitude des gouvernements conservateurs successifs depuis 2014, soulignent les parlementaires. Jusqu'à l'attaque à l'agent innervant ­Novitchok à Salisbury en mars 2018, les autorités ont "gravement sous-estimé" la ­menace russe. Elles continuent d'ailleurs de minorer les tentatives du Kremlin d'influencer le résultat du référendum de 2016 sur le Brexit.

Des "relations tenues" entre Londres et l'UE à prévoir ces prochaines années

Ces troublantes révélations coïncident avec une double dose de mauvaises nouvelles sur le front des négociations commerciales britanniques. Le dernier round de négociations avec l'UE s'est soldé par un échec. Michel Barnier, le négociateur de la Commission européenne pour le Brexit, a déclaré jeudi qu'un accord d'ici à la fin de l'année était "peu probable". La perspective de la signature rapide d'un accord de libre-échange avec les États-Unis s'est elle aussi éloignée… Le désintérêt de Boris Johnson de conserver de solides relations diplomatiques avec l'UE post-Brexit constitue une autre source d'inquiétude parmi les experts en relations internationales.
"Theresa May était enthousiaste à l'idée de trouver un accord ambitieux en matière de diplomatie et de sécurité, rappelle Ian Bond du Center for European Reform. Boris Johnson et son conseiller spécial, Dominic Cummings, partent du principe qu'en cas de crise les choses se feront d'elles-mêmes." L'historienne Margaret MacMillan entrevoit de son côté "des relations tendues" entre Londres et l'UE pour les deux prochaines années. Mais cette professeure à Oxford prédit que "la géographie, l'histoire et des valeurs communes pousseront le Royaume-Uni et l'UE à se rapprocher".
Par leJDD.fr