Eric Dupond-Moretti : ce drame familial à l’origine de sa vocation

Avocat redoutable et redouté devenu ministre de la Justice ce lundi 6 juillet, Eric Dupond-Moretti a eu très tôt la vocation. A l'origine de son goût pour le droit, la disparition mystérieuse de son grand-père.

Il a la justice dans le sang. Ce lundi 6 juillet à la faveur du remaniement, Eric Dupond-Moretti a été nommé garde des sceaux par Jean Castex et Emmanuel Macron. Une nomination surprise pour l'avocat pénaliste, connu pour son franc-parler, ses coups de sang et ses mises au point cinglantes. Défenseur redoutable et redouté, surnommé Acquittator pour le nombre record d'acquittements qu'il a obtenus, il a eu très tôt la vocation du droit. A l'origine de sa carrière, de ce "métier indigne", comme il le décrivait auprès de Ouest France ? Un drame familial mystérieux, qui s'est déroulé avant sa naissance, en 1957. Son grand-père, "un petit rital sans intérêt", Paolo, a été retrouvé mort au bas d'une voie ferrée le crâne fracassé. Le père de sa mère aurait été "assassiné" pour l'avocat, mais la lumière n'a jamais été faite.
"Mon grand-père ne comptait pas assez pour que la justice enquête sérieusement sur son cas", regrettait le nouveau ministre de la Justice dans le JDD. "Voilà l’origine de ma vocation à devenir avocat pénaliste, affirmait-il sur scène, dans son spectacle Eric Dupond-Moretti à la barre. On a jamais retrouvé son meurtrier. C'est injuste." C'est cette "injustice originelle" qui lui a donné le goût de la justice. "Mon oncle, qui était l’aîné de notre famille, va déposer une plainte. Tout le monde s’en fout et rien ne sera fait. Je pense que c’est à l’origine de cette vocation. Cela y participe à l’évidence", affirmait-il dans 13h15 le dimanche il y a quelques années. Marqué par "l'injustice faite à un petit immigré italien", Eric Dupond-Moretti expliquait dans le podcast La Cour des grands que cela fait "partie de l'ADN de (s)a famille". Et a pesé sur sa vocation et son attrait pour les médias et la lumière.

Eric Dupond-Moretti, avocat "pas par hasard"

"Passer du statut de petit-fils d'immigré dont tout le monde se moque au statut d'avocat embourgeoisé et connu, ça faisait partie d'une quête qui était inéluctable", analysait le nouveau ministre de la Justice dans La Cour des grands. A l'âge de 4 ans, il a connu une autre "injustice", celle de la mort de son père, un ouvrier métallurgiste emporté par un cancer à seulement 26 ans. Deux disparitions marquantes pour Eric Dupond-Moretti dans lesquelles il a puisé ses qualités d'avocat. "L'idée d'avoir en soi à vivre cette injustice originelle, peut amener, je crois, à un regard bienveillant sur ce que les autres ont vécu. Et c'est important d'avoir ce regard-là quand on est avocat", confiait le défenseur d'affaires médiatisées dans le podcast animé par Clémentine Pawlotsky. Ce n'est sans doute pas un hasard si j'ai choisi ce métier. D'ailleurs, il n'y a pas de hasard."
Par Gala.fr