La Barbade propose aux étrangers de venir télétravailler sur son île paradisiaque

Objectif pour la Barbade, relancer le tourisme, un secteur qui représente 12 % de son PIB, et même 40 % en prenant en compte les retombées indirectes.
Vous êtes en télétravail et avez toujours rêvé de vivre sur une île paradisiaque ? La Barbade a pensé à
vous. Pour attirer de nouveau les visiteurs en cette période de pandémie de coronavirus, ce micro-Etat situé en mer des Caraïbes va créer un visa permettant aux étrangers de venir télétravailler sur l'île pendant un an.
Il permettra à «des personnes travaillant à l'étranger de venir travailler ici, de façon numérique, de sorte qu'elles n'aient pas besoin de rester dans les pays où elles se trouvent», a expliqué la Première ministre barbadienne Mia Amor Mottley début juillet, en présentant ce nouveau dispositif d'accueil. «Vous n'avez pas besoin de travailler en Europe, aux Etats-Unis ou en Amérique latine si vous pouvez venir ici et y travailler pendant quelques mois», a-t-elle ajouté.
Pour la Barbade, l'objectif de ce nouveau visa est de relancer son économie, extrêmement tributaire du tourisme. Sinistré par la crise du coronavirus, ce secteur représente 12 % de son PIB (produit intérieur brut), et même 40 % en prenant en compte les retombées indirectes. Même si les frontières du pays ont été rouvertes aux étrangers le 12 juillet, les voyages de courte durée restent «difficiles», a déclaré Mia Amor Mottley, en raison des «exigences de tests rapides», qui ne sont «pas disponibles de façon fiable».

Une île quasiment épargnée par le coronavirus

D'où l'idée d'attirer les touristes pour une plus longue période. Et l'île caribéenne de 290.000 habitants, quasiment épargnée par le coronavirus (106 cas confirmés et 7 morts), a des arguments à faire valoir : plages de rêve, soleil toute l'année, végétation luxuriante... «Il n'y a rien de tel que de se réveiller et de voir le soleil. Et il n'y a rien de tel que de travailler, aller se baigner puis retourner travailler l'après-midi», a assuré la Première ministre barbadienne à NBC News.

Pour prétendre à ce visa, les salariés en télétravail doivent gagner au moins 50.000 dollars (43.000 euros) par an, peu importe l'endroit où leur employeur est basé. Avant de se rendre sur l'île, tout voyageur doit fournir un test de dépistage négatif au Covid-19, au plus tard 72 heures avant son arrivée. Si ce n'est pas le cas, il doit effectuer un test à l'atterrissage, puis rester en quarantaine deux jours en attendant les résultats. Un contrôle de température est réalisé à l'arrivée à l'aéroport, où les visiteurs doivent porter obligatoirement un masque.
Par CNEWS