« La France est prête à empêcher une seconde vague » de Covid-19, assure Olivier Véran

Olivier Véran, le 8 juillet 2020, à l’Assemblée nationale. 
Interrogé sur BFM-TV vendredi, le ministre de la santé a cependant exhorté les Français « à ne
pas oublier les gestes barrières », ni le fait que « le virus circule » toujours.
Interrogé sur BFM-TV, vendredi 10 juillet, le ministre de la santé, Olivier Véran, a assuré qu’un reconfinement n’était pas envisagé pour le moment en Mayenne, un département qui connaît un bond de contaminations au coronavirus. 
« A ce stade, il n’y a pas lieu de l’envisager puisque nous sommes déjà en train de maîtriser la circulation du virus », a-t-il déclaré. Pour l’heure, « le virus n’a pas montré qu’il était capable de circuler » en dehors des foyers identifiés (« clusters » ou regroupements de cas). « Il n’y a pas de diffusion communautaire, c’est-à-dire que les chaînes de transmission du virus, nous les tenons », a encore insisté le ministre de la santé.
Plus largement, Olivier Véran a voulu se montrer rassurant et positif, affirmant que le nouveau coronavirus « régresse semaine après semaine » en France. Il a précisé que le taux de tests positifs au SARS-CoV-2 était actuellement de 1,1 %, contre 25 % en période d’épidémie. « Sur 100 Français qui se font tester, il y en a 99 qui n’ont pas le Covid », a-t-il dit.

« Il faut vivre dans la vigilance »

« Ce que nous montrons depuis douze semaines, c’est que la France est prête à empêcher une seconde vague. Cela augmente dans beaucoup de pays, y compris des pays proches de nous. Ce n’est pas le cas, à date, en France. Le virus continue d’être maîtrisé », a ajouté Olivier Véran.
Le ministre de la santé a cependant exhorté les Français « à ne pas oublier les gestes barrières », ni le fait que « le virus circule » toujours. « Il ne faut pas vivre dans l’angoisse permanente, il faut vivre dans la vigilance », a-t-il résumé, ajoutant qu’il observait « un certain relâchement » général. « On ne demande pas aux Français d’être des robots, on leur demande au quotidien de limiter les situations à risque », a-t-il martelé.
L’épidémie de Covid-19 a fait en France 29 979 morts pour plus de 170 000 cas de contamination, selon les chiffres fournis jeudi par la direction générale de la santé.
En Guyane et à Mayotte, l’état d’urgence sanitaire a été prorogé jusqu’à fin octobre, jeudi, à cause d’une situation sanitaire « préoccupante ».
Par Le Monde.fr