L’UE rouvre ses frontières au 1er juillet : qui peut y entrer, qui va rester à la porte ?

 
Les voyageurs de 15 pays, dont la situation épidémiologique est stable, vont pouvoir à nouveau
se rendre en Europe. Pour l’heure, les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas acceptés.
Feu vert pour le Canada et trois pays du Maghreb, feu rouge pour les Etats-Unis et la Turquie. L’Europe rouvre ses frontières ce mercredi 1er juillet aux voyageurs de quinze pays, dont la Chine sous condition.
Cette liste de pays, fondée « en particulier » sur des critères épidémiologiques, a été adoptée mardi à l’issue d’un vote à la majorité qualifiée des pays de l’UE après de difficiles tractations, alors que débute la saison touristique estivale.

Seront admis dans l’UE et l’espace Schengen les voyageurs venant d’Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie et Uruguay.

Etats-Unis, Brésil et Turquie exclus

La liste, qui a vocation à être révisée toutes les deux semaines, inclut également la Chine, mais uniquement à condition qu’elle admette sur son sol les visiteurs non essentiels venant de l’UE, ce qui n’est actuellement pas le cas.
Sont exclus de cette liste les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie avec 125 928 décès pour près de 2,6 millions de cas répertoriés, mais aussi le Brésil, la Russie, l’Inde, la Turquie et Israël notamment.
Bien qu’ayant quitté l’UE, le Royaume-Uni est considéré comme un pays membre jusqu’à la fin de la période de transition le 31 décembre.

L’interdiction de voyage vers l’UE ne concerne pas non plus les ressortissants et résidents de l’Union et leurs familles. Ni certaines catégories de voyageurs (professionnels de la santé, travailleurs saisonniers, diplomates, voyageurs se déplaçant pour des motifs familiaux impérieux, marins, étudiants…)
Les voyages « non essentiels » vers l’Europe ont été interdits depuis le 17 mars, afin de lutter contre la propagation de la pandémie.
Par www.nouvelobs.com