Monica Lewinsky fait le buzz sur Twitter avec une blague sur l'affaire Clinton

Son tweet a été «aimé» plus de 500.000 fois et retweeté par plus de 70.000 internautes en moins de 48 heures.
Elle a décidé d'en rire. Monica Lewinsky, dont le nom restera à jamais associée à sa liaison avec
l'ancien président américain Bill Clinton du temps où elle était stagiaire à la Maison Blanche, a littéralement cassé Twitter vendredi, avec une blague sur cette célèbre affaire.
L'ex-maîtresse de Bill Clinton, aujourd'hui âgée de 47 ans, a décidé d'apporter sa contribution, très personnelle, à un jeu devenu viral sur Twitter ces derniers jours. Le principe, faire un trait d'esprit en une phrase en commençant par «I have a joke» («J'ai une blague»). 
Répondant à la blague d'une internaute («J'ai une blague sur Charles Manson et elle tue»), Monica Lewinsky a écrit : «J'ai une blague de stagiaire et elle... laissez tomber». Un trait d'humour tout en subtilité et en sous-entendus, qui a été «aimé» plus de 500.000 fois et retweeté par plus de 70.000 internautes en moins de 48 heures.
De nombreux internautes ont loué l'ironie de l'ex-stagiaire de la Maison Blanche, qui coproduira par ailleurs la prochaine saison de la série «American Crime Story», centrée justement sur cette affaire. Parmi eux, des personnalités célèbres, comme l'actrice Mia Farrow, qui a écrit «Monica remporte internet».

Cette affaire a pourtant été terrible pour Monica Lewinsky, qui a expliqué avoir très mal vécu les attaques répétées à son encontre lorsque le scandale a éclaté en 1998, alors qu'elle n'avait que 25 ans à l'époque (et Bill Clinton 52 ans). Une histoire d'adultère devenue l'un des plus gros scandales de l'histoire de la présidence des Etats-Unis. En effet, après avoir menti sous serment en affirmant de ne pas avoir eu de relation sexuelle avec Monica Lewinsky, le président Bill Clinton a été visé par une procédure de destitution («impeachment») pour parjure et obstruction à la justice. Renvoyé en procès devant le Sénat, il a finalement été acquitté en 1999.
Par CNEWS