Pénurie de main-d'œuvre: une entreprise japonaise hausse l'âge de la retraite à 80 ans

TOKYO | La pénurie de main-d’œuvre alimentée par le vieillissement de la population au
Japon a convaincu le détaillant d’appareils électroniques Nojima de permettre à ses employés de travailler jusqu’à l’âge de 80 ans s’ils le désirent.
L’âge de la retraite chez Nojima était jusqu’à maintenant de 65 ans.
Selon ce qu’a rapporté le journal d’affaires japonais en langue anglaise Nikkei Asian Review en fin de semaine, cette option est offerte aux quelque 3000 employés de l’entreprise dont le siège social est à Yokohama. Les commis et vendeurs dans les magasins pourront bénéficier de cette offre au même titre que les employés des autres services.
L’entreprise, un géant dans son créneau, souhaite «qu'un large éventail d'employés seniors jouent un rôle actif quel que soit le lieu», a mentionné à Nikkei un membre de la haute direction, Yoshiyuki Tanaka.
Les employés qui choisiront de continuer de travailler au-delà de l’âge de 65 ans devront renouveler leur contrat chaque année. Leur condition physique et leur endurance seront prises en compte. Nojima examinera la possibilité que ses travailleurs restent même après l’âge de 80 ans.
Nikkei Asian Review souligne que d’autres détaillants du Japon vont dans le même sens que Nojima en reportant l’âge de la retraite afin de faire face à la situation. La chaîne de supermarchés Summit, dans la région de Tokyo, a porté celui-ci à 75 ans.
Le gouvernement japonais se prépare à mettre en place de nouvelles mesures – à compter du printemps prochain – encourageant les entreprises à déployer des efforts pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, qui cause en outre des inquiétudes à mesure que les coûts de la sécurité sociale augmentent. Plusieurs options seront offertes aux employeurs, dont celle de permettre à leurs employés de travailler jusqu’à 70 ans.
Selon des données gouvernementales citées par un autre média japonais, le Japan Times, il est estimé qu’un travailleur japonais sur trois sera âgé de 65 ans et plus en 2025. Des experts prévoient par ailleurs que le Japon fera face à une pénurie de 6,44 millions de travailleurs en 2030.
Par Journal de Montréal