Claude François : l'incroyable rumeur autour de la mort du chanteur

Ce mercredi 12 août, W9 diffuse un documentaire consacré à
Claude François et intitulé Claude François, les derniers secrets. L'occasion de revenir sur l'incroyable rumeur qui a entouré la mort du chanteur.

Des secrets, il en a laissé bon nombre derrière lui. Claude François ne manquait pas de mystères. Ce mercredi 12 août, W9 lui consacre donc un documentaire intitulé Claude François, les derniers secrets. Si sa fille cachée est désormais connue de tous, d’autres révélations ont fait couler beaucoup d’encre. Cela a notamment été le cas au moment de sa mort. Le chanteur est décédé à son domicile parisien le 11 mars 1978, de circonstances… qui ont fait jaser. De nombreuses rumeurs ont en effet entouré sa mort. Une crise cardiaque lors d’une partie fine, une relation avec un travesti au Bois de Boulogne, un suicide, ou encore une overdose ont été évoqués. Mais ce sont les potentielles causes de son électrocution qui sont le plus ancrés dans l’esprit des Français. Doit-il sa mort à un séchoir électrique ? Ou à… un vibromasseur ? Cette théorie n’a pas manqué d’attiser la curiosité. Tout est parti de l’annonce de sa mort, faite par Europe 1. La station de radio assurait alors que Claude François se serait électrocuté en « changeant une ampoule ». Une version reprise par l’ensemble de la presse. C’est là que le bat blesse.

Cette folle rumeur autour de la mort de Claude François

Certes, remplacer une ampoule en ayant les pieds dans l’eau n’est pas des plus malins, mais difficile de concevoir que cela puisse entraîner la mort. Il n’en fallait pas plus pour alimenter le scepticisme général. Pour l’opinion publique, cela ne faisait aucun doute, la réalité de sa mort était forcément moins reluisante. Et la théorie du sextoy a fait son bonhomme de chemin. La sœur du défunt, Josette François n’a pas tardé à monter au créneau. « Certains adorent le rendre désaxé. D’autres ont dit qu’il était homo, ce qui n’était pas le cas. Et quand bien même, ce n’est pas un péché ! On lui a aussi donné l’image d’un maniaque du sexe… C’est vrai qu’il aimait les femmes, je ne peux pas le nier, mais pas au point de raconter autant d’histoires », déplorait-elle dans les colonnes de France Soir. Et de mettre les points sur les i : « Sa mort est stupide. C’est un accident ». Quitte à en décevoir certains, Claude François est bel et bien décédé électrocuté, après avoir tenté de redresser une lampe alors qu’il prenait un bain.
Depuis plusieurs semaines, l’applique de sa salle-de-bain avait tendance à pencher. Tous les jours, il la redressait donc, mais les fils électriques se sont peu à peu dénudés. Ce jour-là, les fils se sont touchés et l’issue a été fatale. Le policier qui s’était rendu sur place l’a confirmé, mettant fin aux rumeurs les plus folles. « On a constaté un hématome quasi rectiligne sur l'épaule droite, qui indiquait très clairement une chute », se remémorait Michel Pleiber, l’inspecteur qui travaillait alors au service de l'identité judiciaire auprès du Parisien en 2018. Et de détailler : « Cette chute lui a fait violemment heurter le rebord de la baignoire ». Selon lui, il n’y « a pas de doute possible », Claude François est mort en ayant tenté de remettre l’applique.  
« Il s'était mis debout pour redresser l'applique. Il y avait plein d'eau autour de la baignoire. Et l'applique était décollée du mur et pendait. Il a glissé sa main derrière l'applique et a touché les fils électriques. Il est bien mort par électrocution comme l'ont confirmé le médecin légiste et l'inspecteur de permanence du commissariat de quartier », assurait-il. De quoi clore le chapitre une bonne fois pour toute.
Par Voici.fr