Covid-19 : Une infirmière vole la carte de crédit d’un patient contaminé et mourant

covid-19-une-infirmiere-vole-la-carte-de-credit-dun-patient-contamine-et-mourant 

Contaminé par le nouveau coronavirus, un homme de 70 ans s’est retrouvé à l’hôpital dans un état critique. Mais le drame ne s’arrête pas là. Un rapport de police américain révèle qu’une infirmière aurait profité de sa vulnérabilité pour voler sa carte de crédit. Interrogée par CNN, la fille de la victime revient sur cette histoire ahurissante. 

close
volume_off
Tara Catapano a non seulement été confrontée au deuil de son père, mais aussi à la malveillance d’une infirmière au sein de l’hôpital où il avait été admis. Suite à la mort de ce dernier, elle découvre des dépenses inhabituelles sur son relevé bancaire.
tara catapano
mirror

Un homme sur son lit de mort

Après avoir été contaminé par le virus Sars-CoV-2, Anthony Catapano a été hospitalisé le 4 avril. Sa fille, Tara, raconte que le septuagénaire avait développé certains symptômes de la maladie du Covid-19, avant que cela ne soit confirmé par des tests. Suite à des complications, son état s’est rapidement détérioré. Il finit par succomber à son infection le 12 avril. 
anthony
mirror
Dévastée par la mort de son père avec qui elle était très proche depuis le décès de sa mère en 2014, Tara se retrouve confrontée à un deuil inattendu. Mais ce drame ne viendra pas seul, puisque quelques jours plus tard, elle reçoit un relevé de la banque qui lève le voile sur des faits troublants lors du séjour d’Anthony à l’hôpital.

Des paiements avec sa carte de crédit alors qu’il était mourant

Suite au décès de son père, Tara reçoit un courrier bancaire détaillant  les dépenses de ce dernier. Parmi elles: un paiement pour de l’essence. Elle savait très bien que son père payait uniquement en argent liquide dans les stations-service, ce qui la pousse à vérifier plus en détail les derniers achats effectués. C’est ainsi que Tara remarque que la transaction a été effectuée le 9 avril, date à laquelle Anthony était dans son lit d’hôpital, entre la vie et la mort. Elle comprend donc rapidement que quelqu’un a volé la carte de crédit de son père.
danielle
mirror

Une infirmière coupable de vol

Après avoir informé la police de la situation, il n’a pas fallu longtemps aux autorités  pour y voir plus clair. En effet et considérant l’état aggravé d’Anthony, aucune visite n’avait été autorisée. Le coupable se trouvait donc logiquement parmi les infirmiers et médecins qui se sont occupés de l’homme de 70 ans.
Danielle Conti, une infirmière de 43 ans, est rapidement arrêtée et accusée de vol. En apprenant la nouvelle, Tara est effarée : « Je n’arrivais pas y croire tellement j’étais choquée » en ajoutant : « Ils prêtent serment pour protéger la vie des gens, pas pour y nuire ».

Plusieurs objets ont été volés

En plus de la carte de crédit, le téléphone, le porte-feuille, les lunettes et des photos appartenant à Anthony ont eux aussi disparu. Selon CNN, il est difficile de savoir ce qui s’est passé avec ces objets, ni même s’ils ont réellement été volés. Face aux accusations contre Danielle Conti, l’hôpital a révélé sa suspension immédiate dans un communiqué, en plus de la collaboration de l’établissement avec la police pour mener l’enquête.
hopital
mirror

Une acte incompréhensible

Au delà du vol et de l’arrestation, Tara Capitano reste confuse. Pourquoi celle qui devait prendre soin de son père s’est-elle retrouvée à le voler alors que celui-ci était mourant ? Elle avoue ne pas comprendre comment une personne pourrait agir de la sorte et aurait d’ailleurs déclaré : « Je voudrais savoir ce qu’elle ressentirait si quelqu’un avait fait la même chose à un de ses proches ».

Les personnes âgées sont plus vulnérables dans certaines situations

Il est important de préciser qu’un âge avancé ne rime pas nécessairement avec vulnérabilité. Mais le gouvernement français souligne que sous certaines conditions telles que la maladie, le handicap, ou encore l’isolement, des situations comme celle d’Anthony sont plus susceptibles de se produire. Pour se protéger de ces abus de faiblesse, ces personnes se doivent d’être vigilantes mais cela ne suffit pas toujours. C’est pour cette raison qu’il est préférable qu’un membre de la famille ou un proche puisse s’assurer régulièrement de leur bien-être et de la bienveillance des personnes qui font partie de leur entourage.