États-Unis: un collectif de grands patrons promet d’embaucher plus de personnes racisées

Vingt-sept grands patrons de la high-tech et des banquiers, parmi lesquels Amazon et JP Morgan,
s’engagent à embaucher 100 000 Américains à faible revenu et issus des minorités. C’est la première initiative de ce groupe de grandes entreprises regroupées au sein d’un collectif, le New York Jobs CEO Council.
Le revenu moyen des Afro-Américains est presque deux fois moins élevé que celui des Blancs américains. L’affaire Georges Floyd, mais également la pandémie de Covid-19 ont été des révélateurs de ces inégalités aux États-Unis.

Combattre les inégalités raciales, c’est l’objectif de ces grands patrons américains, qui s’engagent à embaucher 100 000 personnes pauvres, issues des communautés noires, latines et asiatiques, d’ici les dix prochaines années.

Des formations pour combattre les inégalités raciales 
Pour former cette nouvelle génération à des emplois bien rémunérés, dans les secteurs de la technologie ou de la banque, des formations vont être financées et mise en place dans les universités. Cela va d'abord commencer dans la ville de New York.
Même soutien du côté de Softbank Groupe. Le géant japonais du capital risque a, lui aussi, lancé un fonds de cent millions de dollars qui va investir dans de jeunes entreprises dirigées par des personnes de couleur.
Au Royaume-Uni, la banque britannique Lloyds s'engage à quintupler le nombre de ses cadres noirs d'ici cinq ans. Pour arriver à l’équivalent du pourcentage de Noirs dans la population britannique.
Par RFI