Kanye West : pourquoi sa candidature à l’élection présidentielle peut inquiéter Donald Trump et Joe Biden ?

Kanye West fait partie des candidats à l’élection présidentielle
américaine. Si ses chances d'accéder à la Maison-Blanche sont quasi-nulles, sa candidature pourrait toutefois inquiéter Donald Trump et Joe Biden.

Donald Trump et Joe Biden sont les deux candidats principaux en course pour l’élection présidentielle américaine, qui désignera le 46ème président des Etats-Unis le 3 novembre prochain. Mais il y a aussi de plus petits candidats, qui espèrent remporter quelques Etats. Parmi eux, Kanye West. Après avoir officiellement fait valider sa candidature en juillet dernier, le mari de Kim Kardashian avait donné son tout premier meeting officiel. Une réunion qui ne s’était pas particulièrement bien passée, et qui a conduit à une énorme dispute entre le rappeur et son épouse. La star de la famille Kardashian aurait même demandé à l’artiste de 43 ans de se retirer de la course à la Maison-Blanche. Alors que Kanye West est montré du doigt sur les réseaux sociaux à cause de ses tweets violents, la présentatrice de la chaîne Fox News Harris Faulkner a souligné le danger que pourrait représenter le rappeur face à Donald Trump et Joe Biden.

La peur de remporter un « swing state »

« Il pourrait diviser le vote », a-t-elle souligné auprès de Page Six. « Personne ne peut ignorer un candidat noir, peu importe ce qu’ils pensent de Kanye West », a insisté la journaliste. Ancien ami de Donald Trump, Harris Faulkner a assuré que ce dernier ne « peut pas ignorer » le rappeur. « Ils doivent en quelque sorte garder un œil sur lui, car il va apparaître sur le bulletin de vote à certains endroits et ils ont intérêt à espérer que ce n’est pas dans un swing state ». Un « swing state » correspond à un « état charnière » aux Etats-Unis qui n’a pas de couleur politique prédéfinie et qui peut donc faire basculer le vote. Si Kanye West arrive à en remporter un, il pourrait changer la donne dans la course à l’élection présidentielle.
Par voici.fr