Le professeur Raoult déconseille de se faire vacciner. Voici pourquoi

Le professeur Raoult déconseille de se faire vacciner

Didier Raoult fait son retour sur la scène médiatique avec des propos qui défient la majorité des professionnels de la santé. Dans une interview accordée à l’antenne de CNews, le professeur marseillais donne encore une fois son avis sur le vaccin, en déconseillant la population de se faire vacciner contre le coronavirus.

Originaire de Chine, le Sars-CoV-2, une nouvelle souche de coronavirus, s’est répandue dans plusieurs pays, créant une pandémie. Le nouveau coronavirus ne cesse de se propager faisant ainsi des victimes à l’échelle mondiale. La France demeure préoccupée par la recrudescence des cas de coronavirus. Et dans l’Hexagone, on constate une forte progression du Covid-19 notamment chez les jeunes adultes. Aussi, le port du masque est devenu obligatoire dans tous les espaces publics et le respect des mesures sanitaires sont plus que jamais recommandées, voire obligatoires.
Les médecins du monde entier s’activent à trouver un vaccin pour éradiquer l’épidémie et les progrès ainsi que les recherches sont prometteuses. La Russie prétend avoir déjà trouvé le vaccin contre le Covid-19 qu’elle a d’ailleurs baptisé « Spoutnik V ». Toutefois, le professeur Didier Raoult ne l’entend pas de cette oreille et ne semble pas tout à fait d’accord sur la nécessité d’un vaccin pour lutter contre les Sars-Cov-2.

« Il n’y a pas intérêt à se faire vacciner »

Absent depuis plusieurs semaines de la scène médiatique, Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée-Infection de Marseille marque son retour en accordant une interview à la chaîne CNews sur la question du vaccin contre le coronavirus.
Interrogé sur un retour potentiel d’une deuxième vague de l’épidémie, Didier Raoult estime que cette maladie pourrait devenir courante à l’instar de la grippe. « Moi je crois qu’il va falloir se mettre à l’idée que c’est rentré dans le paysage, ça disparaitra ou ça disparaîtra pas, mais encore une fois, la prévision de ça, faut voir des astrologues pour ça », déclare-t-il à la journaliste, Laurence Ferrari. Il a ajouté à ses propos, qu’il n’y a aucun intérêt à se faire vacciner contre une maladie qui n’est pas plus mortelle que les autres.
« Je ne sais pas si ça aura une utilité. Si la maladie reste ce qu’elle est maintenant, je sais pas qui va vouloir se faire vacciner pour un truc qui tue pas, honnêtement » ajoute-t-il.
Pour le défenseur de l’hydroxychloquine, il estime que la solution la plus adéquate serait de s’occuper des gens, de les détecter et de les traiter.

Les mesures sanitaires sont plus que jamais indispensables

Le virus circule toujours et n’est pas encore maîtrisé. Et pour cause, les cas de contamination augmentent fortement dans le monde.  En France, les consignes sanitaires ne sont pas toujours respectées et il est parfois nécessaire de faire des rappels à l’ordre pour les citoyens ou encore les vacanciers qui ont tendance à lâcher du lest quant aux mesures sanitaires. Pourtant avec la transmission du virus qui s’accentue, il est plus que jamais nécessaire de renforcer l’ensemble des gestes barrière et d’appeler à une plus grande vigilance.
A cet effet, des campagnes de sensibilisation ont été instaurées pour faire respecter l’obligation de porter un masque. De même qu’une amende de 135 euros sera imposée aux plus récalcitrants, lors des opérations de contrôle.
Dans le même contexte, Elisabeth Borne, ministre du Travail a annoncé le port systématique du masque dans les lieux de travail, en recommandant le télétravail quand c’est possible. Le masque deviendra ainsi obligatoire dans les espaces clos et partagés de l’entreprise, comme l’open space, les salles de réunion, les couloirs, les vestiaires ainsi que les coins café. L’exception sera faite dans les bureaux individuels tant qu’ils n’enregistrent pas beaucoup d’affluence.