Plus de 1800 français sont morts chez eux du nouveau Coronavirus

plus-de-1800-francais-sont-morts-chez-eux-du-nouveau-coronavirus

Depuis Décembre 2019, un nouveau virus apparu à Wuhan bouleverse la planète toute entière. Dénommé Sras-Cov-2, cet agent pathogène s’est répandu dans la plupart des pays du monde à une vitesse fulgurante. En France, le nombre de morts signalés par les autorités sanitaires ne concerne que les patients hospitalisés et ceux qui sont dans les Ehpad. Ainsi, nombreux sont ceux qui se demandent quel est le nombre réel de morts dans l’Hexagone. Selon nos confrères de France Inter, ils ne seraient pas moins de 1800 individus à avoir perdu la vie chez eux après s’être battus contre cette infection virale.

En France, la levée du confinement a été marquée par une maîtrise de l’épidémie. Moins de cas de contaminations et de décès ont été recensés dans le pays après le 11 mai. Par ailleurs, un stock de masque suffisant était disponible pour permettre aux citoyens de se protéger contre une infection potentielle. Toutefois, ces dernières semaines se sont caractérisées par une recrudescence du nombre de cas de contaminations, malgré un nombre de morts relativement bas.  La contamination au coronavirus explose en ce moment chez les jeunes qui ne respectent pas toujours les recommandations sanitaires. Mais s’il y’a bien une interrogation qui persiste dans l’esprit des français, c’est bien celle-ci : combien de personnes ont pu succomber à la maladie chez elles ?  France Inter nous apporte quelques éléments de réponse.

plus-de-1800-francais-sont-morts-chez-eux-du-nouveau-coronavirus-1
europe1

Le nombre de morts à domicile dévoilé

C’est probablement une des statistiques les plus difficiles à obtenir depuis le début de la crise sanitaire. Selon Santé publique France, le nombre de décès liés à la Covid-19 en France est de 30 576 dont 20 070 à en milieu hospitalier. Mais ce chiffre reste sous-estimé puisqu’il ne comptabilise pas le nombre de morts à domicile. Ce lundi, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)a rendu public le nombre de certificats de décès cumulé depuis le début de l’épidémie et qui comprend la mention “Covid-19”.
D’après Grégoire Rey, directeur du centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l’Inserm “Cette statistique inclut tous les décès survenus sur le territoire français, y compris les décès à domicile”. Entre le 1er mars et le 31 mai, “on comptabilise 1800 décès avec mention de Covid-19”, révèle-t-il. Ainsi, il semblerait que durant cette période, 32 316 habitants en France ont succombé à cette infection virale redoutée de tous. “C’est un chiffre relativement attendu”, estime Grégoire Rey.

Des données manquantes

Même si cette information reste importante pour mesurer l’impact du virus sur le territoire français, elle est à prendre avec précaution. En effet, le nombre de morts est encore une fois sous-évalué puisque 10% des départements français n’ont pas remonté leurs chiffres et que le décompte de l’Inserm s’arrête au 31 mai. D’ici la fin de l’épidémie, il est possible de comptabiliser “quelques centaines ou milliers de morts” en plus, considère Grégoire Rey.
Par ailleurs, au vu de la dégradation actuelle de la situation épidémiologique en France, le pays craint le pire. Le jeudi 27 août, la Direction générale de la Santé (DGS) a annoncé l’enregistrement de 6111 nouveaux cas de contaminations par le nouveau coronavirus en vingt-quatre heures. Il s’agit d’un nouveau record depuis la mi-avril, qui montre bien que le virus circule activement dans le territoire français.
Toutefois, le nombre de patients hospitalisés et de celui des patients en réanimation restent stables. Dans ce sens, certains spécialistes tels que Didier Raoult considèrent que ce n’est plus la même maladie qu’en février ou en mars et que les formes recensées en France sont plus “bénignes” qu’au début de l’épidémie.

plus-de-1800-francais-sont-morts-chez-eux-du-nouveau-coronavirus-2
europe1

Les personnes à risque face au coronavirus

Alors que certains ne développent que de légers symptômes grippaux, d’autres peuvent être sujets à une pneumonie sévère qui met en jeu leur pronostic vital. En réalité, même s’il est difficile d’anticiper l’impact du virus sur un individu, certaines personnes sont plus à risque de contracter une forme grave de la maladie. Selon le Haut Conseil de Santé Publique relayé par Doctissimo, voici les personnes à risque :
  • Les patients âgés de 65 ans et plus : A savoir que les personnes âgées atteintes du coronavirus peuvent présenter des symptômes inhabituels
  • Les patients qui souffrent de pathologies cardiovasculaires 
  • Les diabétiques insulinodépendants dont le diabète n’est pas maîtrisé 
  • Les patients qui ont une maladie respiratoire chronique 
  • Les personnes qui souffrent d’une insuffisance rénale chronique dialysée 
  • Les patients cancéreux sous traitement 
  • Les personnes qui présentent une immunodépression congénitale ou acquise
  • Les personnes atteintes d’une cirrhose au stade B ou C 
  • Les patients obèses 
  • Les femmes enceintes au troisième trimestre de grossesse
N’oubliez pas de rester vigilant et de respecter les mesures recommandées par les autorités sanitaires pour vous protéger et protéger votre entourage.
Par santeplusmag.com