Coronavirus : petits plats, sport ou famille… Les bonnes habitudes que l’on a (finalement) gardées après le confinement

  
NOUVEAUX DEFIS Le début du confinement, c’était il y a déjà six mois, le 17 mars dernier. Une période exceptionnelle, pendant laquelle nous avons développé de nouvelles habitudes

Il y a six mois tout juste, 65 millions de Français (et une bonne partie du reste du monde) partaient pour 55 jours de confinement total. Pour ceux qui n’étaient pas malades, qui n’avaient pas de problèmes familiaux, il a fallu occuper ces heures gagnées sur la vie quotidienne : cuisine, sport, puzzle, lecture ou peinture sur bois (moins courant)… Que reste-t-il des activités nées de cette période si particulière ?  Nos lecteurs racontent.

Il faut bien l’avouer, le confinement a beaucoup, beaucoup tourné autour de l'alimentation. Pour se nourrir, fuyant les grands supermarchés, certains ont changé leurs habitudes, et pour de bon. Comme Nadège : « Nous continuons le drive pour les courses, fruits et légumes en cueillette, volaille et œufs à la ferme », explique-t-elle. « Et toute la famille a mis la main à la pâte. Nous faisons notre propre pain depuis mars, les enfants préparent gâteaux, tartes, crêpes, compote pour les goûters. » Aurélie aussi se réjouit de sa découverte : « Depuis le confinement, je fais mes courses chez le primeur du coin et aujourd’hui, je ne peux plus m’en passer ».

Marcher pour aller… nulle part

Chez Catherine, le confinement a provoqué un miracle, celui de réunir toute la famille autour de la table. Aujourd’hui encore, avec son mari et leurs deux enfants, ils ont conservé ce rituel. « Chacun mangeait dans son coin, à son tour. Le confinement nous a permis de nous recentrer, d’être ensemble, et nous continuons à manger ainsi ! »

Gwenaëlle s’est également rapprochée de sa fille pendant les fameux « tours de quartier » qu’elle faisait à pied autour de chez elle. « On continue, en fin d’après-midi ou après manger, deux à trois fois par semaine… C’est un grand et beau moment d’échange », confie-t-elle. Ces balades, Anne-Lise* les a faites seules, et elle continue. « J’ai pris l’habitude de prendre le temps de marcher pour aller nulle part. Juste marcher comme dans une bulle, sans autre but que de prendre du temps pour partager un moment avec moi ». Idem pour Aurélie, qui trouve calme et apaisement dans ces promenades. « J’ai pris conscience que des balades dans la nature me permettaient de faire une vraie coupure avec les tumultes de la ville. »

Perte de calories dans les salons

Pour les plus sportifs, la marche ne suffisait plus. Ils ont alors commencé à enchaîner pompes, fentes avant et abdos dans leur salon. Comme Annie, qui a été inspirée en regardant une émission à la télévision. « J’ai commencé le stretching deux, puis trois, puis quatre et cinq fois par semaine. J’ai continué jusqu’à mon départ en vacances. Maintenant, je suis de retour chez moi et j’ai repris cette gym dans mon salon », raconte-t-elle. Pour Stéphanie, le confinement a été l’occasion en or de dépoussiérer son tapis de course. Et le 11 mai, elle n’a pas arrêté de courir, même si le décor a changé : « dès le 11 mai, j’ai fait ma première sortie en extérieur. Depuis, j’ai gardé le rythme, je cours tous les deux ou trois jours entre 6 et 8 kilomètres. »

Même histoire pour Blandine, qui a commencé le fitness en visio « avec un collègue qui habite à 600 km de chez moi », explique-t-elle. « On choisissait une ou plusieurs vidéos, on se donnait le top départ par SMS et chacun faisait la vidéo de son côté. Ensuite, on débriefait » explique-t-elle. « On a commencé en avril et on continue, après une pause au mois d’août. Une autre copine nous a rejoints en juin. On fait ça tous les matins entre 6h et 6h30, pour que tout le monde soit à l’heure au travail et ait le temps de s’occuper des enfants. J’adore et j’espère qu’on tiendra encore dans la durée ». On parie là-dessus, rendez-vous dans six mois !

*Le prénom a été modifié

Par 20minutes