Covid-19 chez les enfants : voici les symptômes qui doivent alerter selon une nouvelle étude

Les enfants présentant des symptômes gastro-intestinaux associés à de la fièvre devraient réaliser un test de dépistage du Covid-19, alertent des chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast.

Comment reconnaître que son enfant a le Covid-19 ? Quels sont les symptômes qui doivent alerter ? Beaucoup de parents s’inquiètent à ce sujet. Difficile, en effet, dans le flot d’informations de trouver des réponses exactes à ses questions. Des chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast ont mené une étude afin de lister les principaux symptômes significatifs chez les jeunes malades.
Les patients souffrant de fièvre associée à de la diarrhée, de vomissements et de crampes abdominales doivent faire l’objet d’une attention particulière, estiment-ils. Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont fait des analyses de sang à un panel de 992 enfants afin de savoir s’ils avaient développé des anticorps contre le Covid-19. Tel a été le cas de 68 d’entre eux. La moitié des enfants testés positifs ont déclaré avoir des symptômes. Comme chez les adultes, la fièvre était le plus courant. 21 d’entre eux ont signalé en avoir eue. La toux était courante mais moins spécifique que chez leurs aînés, car elle était déclarée aussi souvent par ceux dont le test était positif et négatif.

Aucun enfant de l’étude gravement malade

Des symptômes gastro-intestinaux, en revanche, se sont révélés être spécifiques. Ils ont été mentionnés par 13 des 68 enfants qui ont développé des anticorps contre le Covid-19. Peu d’entre eux ont déclaré avoir été victime d’une perte de goût et d’odorat. “Nous constatons que la diarrhée et les vomissements sont un symptôme signalé par certains enfants et je pense que l'ajouter à la liste des symptômes connus vaut la peine d'être envisagé”, a déclaré le Dr Waterfield, auteur principal de l’étude. Et pour cause, selon les résultats, tester uniquement les enfants ayant de la fièvre, de la toux ou une perte de goût ou d’odorat  aurait permis d’identifier 26 des 34 ou 76% des cas symptomatiques. Si l’on ajoute les symptômes gastro-intestinaux, cela aurait permis d'identifier presque tous - 33 sur 34 ou 97% - des cas symptomatiques.
Le chercheur s’est toutefois montré rassurant sur le fait qu’aucun des enfants de l’étude n’avaient développé une forme grave de la maladie. “Nous savons que, heureusement, la plupart des enfants qui contractent le virus ne seront pas très malades - mais nous ne savons toujours pas à quel point les enfants peuvent le transmettre”, a déclaré le Dr Tom Waterfield.