Des milliers de manifestants dans Bangkok pour protester contre le gouvernement

Les manifestants réclament plus de démocratie. 
Des milliers de jeunes ont commencé à manifester samedi 19 septembre à Bangkok en Thailande. Ils espèrent la démission du Premier ministre, plus de démocratie, voire même une réforme de la monarchie, sujet tabou en Thaïlande.

En début d'après-midi, plusieurs milliers de manifestants étaient réunis sur le campus de la faculté de Thammasat dans le centre de Bangkok après en avoir forcé les portes. Le rassemblement est appelé à durer jusqu'à dimanche: des manifestants doivent alors marcher vers la Maison du gouvernement pour présenter leurs doléances.

«A bas la dictature, vive la démocratie», «Prayut dehors», scandaient des opposants, certains appartenant au mouvement des chemises «rouges» proche de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, bête noire du gouvernement. La contestation, qui défile dans les rues quasi-quotidiennement depuis l'été, regroupe surtout des jeunes, étudiants et urbains.

Au cœur de leurs revendications, la fin du «harcèlement» des opposants politiques, la dissolution du Parlement avec la démission de Prayut Chan-O-Cha et la révision de la Constitution de 2017, rédigée du temps de la junte et jugée trop favorable à l'armée.

«Notre objectif n'est pas de détruire la monarchie, mais de la moderniser

Une partie du mouvement va plus loin, osant se confronter à la royauté. Du jamais-vu dans le pays où, en dépit des renversements successifs de régimes (12 coups d’État depuis 1932), la monarchie restait jusqu'ici intouchable, protégée par une des plus sévères loi de lèse-majesté au monde.

«Nous luttons pour plus de démocratie», résume Panusaya Sithijirawattanakul, dit Rung, une des organisatrices du mouvement. «Notre objectif n'est pas de détruire la monarchie, mais de la moderniser, de l'adapter à notre société». Leurs demandes n'en demeurent pas moins audacieuses: ils réclament la non-ingérence du roi dans les affaires politiques, l'abrogation de la loi sur le lèse-majesté et le retour des biens de la Couronne dans le giron de l’Etat.

L'actuel monarque, Maha Vajiralongkorn, monté sur le trône en 2016 au décès de son père le vénéré roi Bhumibol, est une personnalité controversée. En quelques années, il a renforcé les pouvoirs d'une monarchie déjà toute puissante en prenant notamment directement le contrôle de la fortune royale. Ses fréquents séjours en Europe, même en pleine pandémie de coronavirus, ont aussi soulevé des interrogations.

Des rassemblements en faveur du mouvement pro-démocratie thaïlandais doivent se tenir ce week-end dans une douzaine de pays, dont la France.
Par CNEWS avec AFP