Incendie du camp de Moria : la France prête à "accueillir une centaine de migrants"

 
Dans un entretien au "Parisien", le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément
Beaune, annonce que la France va prendre en charge des réfugiés de l'île grecque de Lesbos.
"Il y a la réponse d'urgence et d'humanité". Dans un entretien au Parisien, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a annoncé, dimanche 13 septembre, que la France était prête "à accueillir dans les prochains jours, une centaine de migrants parmi ceux qui ont vécu le drame du camp de Moria, notamment des mineurs isolés".
L'incendie, apparemment volontaire, de ce camp situé sur l'île grecque de Lesbos a laissé plus de 11 000 personnes, dont des milliers d'enfants, sans abri depuis le début de la semaine, dormant dans les rues ou sur les routes, dans des conditions particulièrement difficiles. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé les pays de l'Union européenne à faire preuve de "solidarité" et à les accueillir.
"Depuis 2018, à chaque fois qu'il y a eu des urgences humanitaires douloureuses, comme l'Aquarius ou d'autres bateaux, nous avons participé aux efforts de répartition des réfugiés", argumente le responsable gouvernemental, avant de réclamer "une solution pérenne". "La Commission européenne va proposer d'ici fin septembre un cadre de règles permanent, avec un équilibre responsabilité solidarité. Il faut à la fois accélérer les retours dans les pays d'origine quand ils sont justifiés. Et assurer une solidarité entre Européens pour que ceux qui ont droit à l'asile soient aussi accueillis dans d'autres pays que ceux où ils sont arrivés", a-t-il poursuivi, appelant les pays de l'Est à prendre leur part.
Par Franceinfo