La pandémie de coronavirus aurait probablement “pu être évitée » si la Chine et l’OMS avaient agi différemment, indique un rapport

 la-pandemie-de-coronavirus-aurait-probablement-pu-etre-evitee-si-la-chine-et-loms-avaient-agi-differemment-indique-un-rapport 
À l’heure où les décès liés au nouveau coronavirus continuent de progresser vers la barre du million, des responsables pointent du doigt l’ampleur atteinte par la pandémie. Selon le New York Post qui aurait obtenu l’accès exclusif à un rapport du House Foreign Affairs Committee aux Etats-Unis, la situation actuelle aurait pu être évitée “si la Chine et l’OMS avaient agi différemment”. On vous en dit plus.

Les accusations et les critiques envers la Chine ou l’Organisation Mondiale de la Santé persistent dans le pays de l’Oncle Sam. Alors que Donald Trump clamait haut et fort en avril dernier qu’il comptait suspendre son financement à l’OMS, blâmant l’agence onusienne de s’être alignée sur les positions de la Chine, les Etats-Unis soulignent à nouveau un manque de transparence dans un document accablant.

“La pandémie aurait probablement pu être évitée”

Selon le rapport obtenu par le New York Post avant sa publication, le House Foreign Affairs Committee considère que “la pandémie aurait probablement pu être évitée” si la Chine n’avait pas dissimulé certaines informations lorsque le virus est apparu à Wuhan. Le document de 96 pages blâme également l’OMS, l’accusant d’avoir fait office de “perroquet” concernant la propagande de Pékin. 

Par ailleurs, les membres républicains du comité tenu par les démocrates déclarent que le Parti communiste chinois (PCC) a limité les exportations de 3M et General Motors, deux sociétés américaines, conservant des produits cruciaux dans le pays, en plus d’avoir nationalisé des chaînes d’approvisionnement.

Le rapport dont le contenu a été relayé par le New York Post dans un article publié ce lundi 21 septembre évoque également la dissimulation d’informations pertinentes sur la santé publique et la répression de journalistes et médecins qui médecins qui ont “tenté d’avertir le monde”.

“Des centaines de milliers de vies auraient pu être sauvées”

Les accusations se poursuivent à l’encontre de l’OMS et de l’empire du Milieu. Toujours selon le journal new-yorkais, la Chine a manqué de transparence au sujet du Covid-19 et ne s’est pas montrée assez proactive lorsque les premiers signes de la crise sanitaire sont apparus à Wuhan. “L’épidémie aurait largement pu être contrôlée, sauvant potentiellement des centaines de milliers de vies dans le monde”, indique à nouveau le rapport.

Par ailleurs, le document stipule que “le PCC aurait pu réduire le nombre de cas en Chine jusqu’à 95% s’il avait rempli ses obligations sous la loi internationale”, soulignant qu’il est “fort probable que la pandémie actuelle aurait pu être évitée”.

Cette même source indique que des responsables du parti ont ordonné la fermeture et la désinfection du marché du Wuhan, “détruisant des preuves médico-légales qui auraient pu fournir un aperçu sur les origines de l’épidémie”. L’institut de virologie de Wuhan est également accusé de ne pas avoir immédiatement partagé certaines informations concernant la contagiosité du virus avec l’Organisation Mondiale de la Santé.

OMS
nypost

L’OMS n’est pas épargnée par les critiques

Si la Chine fait l’objet de nombreuses accusations, l’agence des Nations Unis n’est pas en reste, et en particulier Tedros Adhanom Ghebreyesus, son directeur général. En effet, le rapport indique que l’OMS s’est montrée “complice de la diffusion et de la normalisation de la propagande et de la désinformation du PCC”, mentionnant également le rôle de son directeur. Il “devrait assumer la responsabilité de son incidence négative sur la réponse au COVID-19 et démissionner”, ajoutent les auteurs.

Toutefois, ces derniers ne soutiennent pas la décision de mettre fin à un partenariat avec l’OMS. A l’opposé, ils indiquent que c’est en faisant partie d’une organisation prête pour le changement que les États-Unis peuvent faire avancer les réformes nécessaires de l’agence et du Règlement sanitaire international (RSI).

Interrogé par Fox News au sujet du rapport, Donald Trump a déclaré être en colère contre la Chine. “Ils l’ont empêché de se propager dans leur pays (le coronavirus), mais ils ne l’ont pas empêcher d’atteindre le reste du monde, dont nous faisons partie” a souligné le président américain. De son côté, l’OMS a révélé être au courant de l’existence du rapport et qu’elle comptait “l’examiner attentivement”.
Par santeplusmag.com