Paris Match : après avoir viré Valérie Trierweiler, le magazine s'offre une star de la télévision

Au coeur de l'été, Valérie Trierweiler a accueilli avec "sidération" son éviction du magazine Paris
Match. Des soucis budgétaires et des envies de rajeunissement de ses équipes avaient alors été avancés. Pourtant le magazine vient de s'offrir les services d'une grande star de la télévision...
L'annonce avait fait grand bruit il y a quelques semaines. En plein milieu du mois d'août, le magazine Paris Match a annoncé qu'il se séparait de Valérie Trierweiler après près de vingt ans de bons et loyaux services. Une éviction inattendue et brutale qui avait alors laissé l'ex-Première dame "en état de choc et de sidération". A une époque où la presse écrite connaît une véritable crise, des rumeurs avaient fait état de coupes budgétaires et d'une volonté de rajeunir l'équipe de rédaction, pour expliquer ce licenciement. Mais si c'était vraiment le cas, comment alors expliquer le dernier recrutement du magazine ? Paris Match vient en effet de s'offrir les services de Stéphane Bern.

Stéphane Bern arrive sur Paris Match

L'animateur des Secrets d'Histoire s'apprête donc à mettre une nouvelle corde à son arc. Animateur de radio à succès, puis de télévision, Stéphane Bern s'était vu récemment confier par le président de la République la mission de sauver le patrimoine français. Il rejoint donc désormais la presse écrite au sein de Paris Match, en "qualité d'éditorialiste associé". "Il sera un renfort précieux dans le suivi et le traitement des sujets liés à l'histoire, aux monarchies et aux célébrités, sur lesquels son expertise est reconnue," a ainsi expliqué Hervé Gattegno, directeur général de la rédaction du magazine.
Stéphane Bern, lui, s'est réjouit de cette bonne nouvelle dans un communiqué. "C’est une grande fierté d’entrer dans la famille des plumes de Match," s'est-il enthousiasmé. Ce n'est pas la première incursion de Stéphane Bern en presse écrite, puisqu'il avait déjà collaboré avec Le Parisien, Jours de France ou encore Madame Figaro.
Par Télé-Loisirs