Tesla perd 50 milliards $ en bourse

  
 L’action de Tesla, le constructeur automobile voitures électriques, a perdu 12% de sa valeur en bourse (soit une perte de 50 milliards $) en bourse ce mardi (dont une perte de 20 milliards $ seulement deux heures).

Cette contre-performance sonne comme un message négatif des investisseurs au patron de la licorne, le milliardaire Elon Musk, après qu’il ait présenté, à sa « Journée de la batterie », ses plans pour réduire de moitié le prix des batteries, ce qui permettrait d’avoir en bout de chaine, un véhicule électrique à environ 25 000 $ (selon Reuters).

« Dans trois ans, nous pourrons fabriquer une voiture à 25 000 dollars qui sera équivalent, voire légèrement supérieure, à une voiture à essence comparable », a-t-il indiqué.

Un tel prix, élargirait significativement la clientèle potentielle de l’entreprise. Fantastique en principe… seulement, Musk a indiqué qu’il faudrait 3 ans avant de pouvoir produire à grande échelle ces batteries très-moins-chères.

C’est notamment ce délai, plus long que ce à quoi l’entreprise météorique a habitué ses investisseurs, qui aurait provoqué cette aversion sur le marché. Les pertes subies par la société, représenteraient environ 100 fois les bénéfices estimés pour 2022.

L’un dans l’autre, cette saignée en bourse dénote également de la grande volatilité de l’action Tesla, malgré son poids important à Wall Street.

En attendant, cependant, Tesla semble parti ce trimestre pour vendre 144 000 véhicules (entre 123 000 et 190 000 véhicules), selon certains analystes, ce qui lui permettrait de battre son propre record de livraisons trimestrielles (actuellement de 112 000 pièces livrées, au dernier trimestre 2019). De telles ventes, si elles se concrétisent, permettront tout de même à Elon Musk, actuellement déjà 3e fortune mondiale, de toucher un pactole considérable. En effet, ce dernier ne touche pas de salaire, mais obtient des rémunérations à la performance.

Ayi Renaud Dossavi
Par agence ecofin