AVC. Voici les raisons et les signes avant-coureurs

 avc-voici-les-raisons-et-les-signes-avant-coureurs 
L’accident vasculaire cérébral (AVC) fait chaque année en France, 130 000 victimes et environ 50 000
d’entre elles, en meurent. Il surgit lorsqu’il y a un arrêt brutal de la circulation sanguine au niveau du cerveau, dû à un caillot dans l’artère ou à une hémorragie causée par une rupture d’un vaisseau sanguin cérébral. L’AVC peut affecter aussi bien les hommes que les femmes. Découvrons les signes avant-coureurs chez ces dernières.

A tout âge, on peut subir un AVC qui touche de plus en plus de personnes. Selon l’Inserm, ce fléau peut constituer un risque de dommages sur le cerveau. Il serait ainsi la première cause de handicap physique chez l’adulte, une deuxième cause de démence et la première cause de mortalité chez la femme. Il existe ainsi des facteurs de risque spécifiques aux femmes, comme précisé dans Allodocteurs.

Quels sont les types d’accidents vasculaires cérébraux ?

Deux types d’AVC sont à distinguer

–  Les infarctus cérébraux qui représentent 80% des AVC. Ils sont le plus souvent la conséquence de l’occlusion d’une artère cérébrale due à un caillot sanguin. On parle également d’embolie cérébrale ou d’AVC ischémique. L’infarctus cérébral peut dans certains cas rares, avoir une origine veineuse ; on parle alors de thrombose veineuse cérébrale représentant 1% des cas d’AVC. Ces thromboses peuvent survenir chez les jeunes femmes en raison des facteurs hormonaux ou encore du tabagisme.

–  Les hémorragies cérébrales et méningées qui représentent respectivement 15% et 5% des AVC. Elles correspondent à la rupture d’une artère cérébrale dont la cause principale est la rupture d’anévrisme, une dilatation anormale de la paroi artérielle.

Les symptômes d’un AVC

Connaître les symptômes d’un AVC relève d’une importance capitale au vu de l’urgence médicale qu’il constitue. Et certains signes doivent alerter, tels que :

–  Une faiblesse musculaire ou une paralysie d’un membre ou d’un côté du visage ;
–  Un engourdissement d’un ou de plusieurs membres du corps ou du visage ;
–  Une difficulté à conserver son équilibre ;
–  Une cécité unilatérale ou une vue double ;
–  Une difficulté à parler ou à articuler ;
–  Des troubles de la vigilance pouvant causer un coma ;
–  Un mal de tête brutal et intense.

Ces symptômes peuvent survenir soudainement, raison pour laquelle on parle d’attaque cérébrale et leur puissance peut varier selon les cas.

Quels sont les facteurs de risques spécifiques aux femmes ?

Certains facteurs peuvent augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral chez les femmes. Ainsi, la forte migraine avec aura, l’obésité, la dépression, le diabète et l’arythmie cardiaque représentent plus de risque d’AVC chez la femme que chez l’homme comme spécifié dans les recommandations publiées par l’Association américaine du cœur dans la revue Stroke.

De plus, les femmes ont des risques supplémentaires liés à la grossesse et à l’utilisation d’hormones via la pilule contraceptive. Raison pour laquelle, les spécialistes alertent sur la nécessité d’un contrôle régulier de la tension artérielle des jeunes femmes avant le début d’une prise de contraceptifs ou d’une grossesse.

Par ailleurs, les symptômes d’un accident vasculaire cérébral chez la femme sont les mêmes que ceux enregistrés chez l’homme. En revanche, les symptômes d’une attaque cérébrale chez la femme peuvent être plus subtils. Cette dernière peut être plus susceptible d’avoir des difficultés à articuler ou encore d’être consciente de l’environnement qui l’entoure.

Comment prévenir un AVC ?

Pour la prévention d’un accident vasculaire cérébral, il faut adopter des habitudes de vie saines, comme préconisé par Le Figaro Santé :

–  Arrêter le tabac ;
–  Réduire la consommation d’alcool ;
–  Pratiquer une activité physique régulière ;
–  Maintenir un poids santé ;
–  Choisir des aliments sains, riches en potassium et magnésium et pauvres en sel afin de réduire la tension artérielle. Les fruits et légumes ainsi que les poissons gras sont également à privilégier ;
–  Réduire le stress ;
–  Eviter si possible la pilule contraceptive ou la remplacer par celle qui ne contient que la progestérone ;
–  Contrôler l’hypertension artérielle ;
–  Contrôler et prévenir le diabète ;
–  Contrôler le cholestérol.

A la manifestation d’un ou plusieurs symptômes ci-dessus énumérés, il est conseillé d’appeler les urgences pour une prise en charge immédiate.

Par santeplusmag.com