Coronavirus : Le président du Conseil scientifique avertit que l’épidémie va durer encore longtemps

 coronavirus-le-president-du-conseil-scientifique-avertit-que-lepidemie-va-durer-encore-longtemps 
Le virus du Covid-19 est encore là et circule toujours. La situation sanitaire en France continue à se
dégrader et les restrictions s’étendent à de nouvelles métropoles afin d’éviter une deuxième vague de l’épidémie. Mais beaucoup s’interrogent sur le retour à la vie normale, une question qui demeure en suspens. Pour le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, c’est parti pour durer. Invité de RMC et BFMTV, le Professeur explique qu’il va falloir s’armer de patience.

Aujourd’hui plus que jamais, il est important de rester vigilant face à la propagation continue du Covid-19. Dans ce sens, le Président de la république appelle à la responsabilité et à l’engagement de chaque citoyen pour mettre fin à ce virus et pouvoir reprendre un cours de vie normal. A ce stade, de nouvelles mesures restrictives ont été annoncées concernant neuf métropoles.

A la suite de la situation épidémique préoccupante en France, Jean-François Delfraissy déclare que c’est loin d’être fini, comme relayé par BFMTV.

« Jusqu’à l’été prochain »

Interrogé sur BFMTV, le vendredi 9 octobre, l’immunologue estime qu’il est essentiel de s’armer de patience. « Il faut que nous comprenions tous que nous sommes partis sur une vision de moyen et de long terme avec ce virus. C’est-à-dire que ce n’est pas seulement septembre 2020 qui est en jeu, c’est l’ensemble de l’hiver 2020, le printemps 2021. Ça va durer », a-t-il déclaré. Et d’ajouter « Nous avons devant nous six mois difficiles à passer, mais avec lesquels on peut vivre, je suis optimiste, à partir du moment où on donne aux Français une vision à long terme. Il faut qu’on apprenne à vivre avec le virus jusqu’à l’été prochain ».

Le spécialiste se veut malgré tout optimiste

Le président du Conseil scientifique a bon espoir et compte sur les grands progrès dans le domaine scientifique pour sauver les populations de cette crise sanitaire désastreuse. A ce propos, le spécialiste s’exprime : « D’une part, ce virus finira par s’atténuer au bout d’un certain temps, spontanément. Il ajoute en poursuivant « Il y aura probablement, et on a des raisons d’espérer, des premiers candidats-vaccins qui auront une certaine forme d’efficacité ». Jean-Claude Delfraissy met également son espoir sur la médecine de l’innovation, de la thérapeutique qui d’après ce dernier « n’a pas été au rendez-vous jusqu’à maintenant ».

Un reconfinement local n’est pas exclu

Alors que les mesures restrictives ont reçu des critiques de la part de la population, Jean-Claude Delfraissy estime qu’elles ont une réelle importance pour mettre à néant le virus. Selon le spécialiste, le virus est encore là pour un bon moment avant de disparaître. « Il faut tout pour éviter le reconfinement local, mais si à certains moments c’est nécessaire, il faudra le faire » a-t-il estimé. Et d’ajouter « Si à certains moments, il faut prendre une décision sur quelque chose qui est encore intermédiaire, de couvre-feu par exemple, il faudra le faire ».

Les nouvelles mesures restrictives en France

Le président de la République s’est exprimé le mercredi 14 octobre sur l’épidémie de Covid-19, en déclarant que la France est dans une situation préoccupante, comme relayé par nos confrères de RTL.

Emmanuel Macron estime que le virus revient et qu’il est dangereux pour tout le monde. Dans le cadre de la gravité de la situation, il a annoncé la mise en vigueur d’un couvre-feu de 21h à 6h pour une durée de quatre semaines, à compter du samedi 17 octobre en Île-de-France et dans 8 métropoles. Ces dernières concernent les villes de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne.

Il a été prévu également des aides pour les secteurs économiques affectés par la crise sanitaire, une aide exceptionnelle pour les bénéficiaires du RAS et des APL et une nouvelle « stratégie » sur les tests en passant par de nouvelles technologies comme les tests antigéniques et la possibilité de s’auto-tester.

Par ailleurs, les déplacements entre les régions seront peu réduits. Toutefois, le président de la République a insisté sur la nécessité de respecter les règles sanitaires en toute circonstance. Il invite ainsi à « ne pas être plus de six à table » afin de réduire les contaminations intrafamiliales. Enfin, dans le cadre du travail, il recommande le télétravail en préconisant « deux à trois jours de télétravail par semaine ».

Par santeplusmag.com