Coronavirus : les espions eux aussi victimes de l’épidémie

 Le service de renseignements britannique, le MI6, a été touché par la crise du Covid-19.  
Comment mener à bien ses missions d’espionnage lorsque les déplacements sont limités, les
populations confinées et les vols internationaux suspendus ? Le secteur du renseignement est, comme beaucoup d’autres, particulièrement touché par la crise du coronavirus.

C’est ce que souligne Charles Cumming, écrivain britannique de romans d’espionnage, dans les pages du Telegraph, reprises par Courrier international. «En terminant mon dernier roman, Box 88, (…) j’ai été fasciné de constater à quel point la pandémie avait affecté le monde du renseignement», raconte l’écrivain.

Avec les technologies actuelles (internet, smartphones etc.), il est possible d’être mis sur écoute à n’importe quel moment. D’où la nécessité pour les agents du renseignement de pouvoir continuer à rencontrer leurs interlocuteurs physiquement, à l’abri des regards. Or ce sont ces rencontres qui ont été mises en péril par la pandémie de Covid-19. «Pendant des années, les stades, les cinémas, les boîtes de nuit et les grands magasins ont fourni un cadre idéal pour les rencontres confidentielles. Or lors du confinement, les endroits de ce genre étaient fermés», explique le romancier.

close
volume_off

Les mesures sanitaires en vigueur sont aussi un frein à la transmission d’informations entre espions. Les quarantaines imposées aux voyageurs étrangers dans certains pays font perdre du temps précieux aux agents, qui peuvent rater leur rendez-vous avec des sources. La suspension des vols internationaux laisse des agents bloqués en zone hostile, et les oblige a vivre sous couverture plus longtemps. La distanciation physique rend aussi complexe des «contacts furtifs» entre deux individus pour se transmettre des informations, et les filatures, idéales dans des endroits bondés, sont beaucoup plus difficiles à mettre en place en toute discrétion dans des rues désertes.

Selon un ancien agent du MI6, le service de renseignements extérieurs britannique, interrogé par Charles Cumming, ces restrictions ont fait «encore plus basculer le renseignement dans les techniques de surveillances et de l’analyse des données au détriment du renseignement humain», ce que l’écrivain appelle «l’espionnage à l’ancienne».

Cette surveillance virtuelle a cependant été efficace pendant le confinement. L’écrivain explique que les individus soupçonnés de terrorisme, confinés, ont considérablement réduit leurs communications, n’appelant plus que leurs interlocuteurs indispensables. La réduction des communications a donc permis aux services de renseignement britanniques d’avancer dans leurs enquêtes. 

Par CNEWS